Articles avec #informations tag

Publié le 18 Août 2015

Il faut stopper les frais liés à la chirurgie réparatrice des cancers du sein !

Dans ces dossiers, la solidarité nationale doit jouer à plein. Il n'est pas normal que les victimes des cancers du sein aient tant à payer pour se payer une chirurgie réparatrice. Le "reste à charge" doit être payé par la collectivité publique afin d'offrir un semblant de vie normal à ces victimes qui ont déjà trop payé de leur personne face à la maladie.

La double peine maladie-dépenses doit être abolie et l'ensemble des Français doivent être mis à contribution pour que ces femmes puissent se reconstruire et guérir, physiquement et psychologiquement.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 24 Avril 2015

*******************

Après une ablation du sein, des freins à la reconstruction mammaire
Dans une étude menée auprès de 1 000 femmes, la Ligue contre le cancer rapporte les peurs des patientes et les coûts très élevés
Ne me laissez pas avec la moitié d'un corps d'homme. " En août 2014, avant de subir une mastectomie pour soigner son cancer du sein, Juliette Valette, 38 ans, avait prévenu son chirurgien, à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) : une reconstruction mammaire devait suivre l'ablation. " Je ne pouvais pas m'imaginer sans sein. Je l'auraisvécu comme une perte de féminité. " Comme elle, après une ablation, 52 % des femmes se font reconstruire la poitrine. Mais 25 % choisissent de ne pas le faire, par refus d'une nouvelle intervention ou parce qu'elles ne jugent pas l'intervention vitale. Et 23 % sont dans un processus de réflexion.

C'est ce que montre la Ligue contre le cancer dans le rapport annuel de son Observatoire sociétal des cancers, publié jeudi 23 avril. A partir des réponses de 1 000 femmes ayant subi une mastectomie et d'entretiens individuels, l'association montre les freins psychologiques et financiers à la reconstruction mammaire. En France, 170 000 femmes souffrent d'un cancer du sein, et 20 000 mastectomies sont pratiquées chaque année.

Aude, une Nantaise de 49 ans qui souhaite rester anonyme, porte une prothèse externe. " Pour l'instant, la reconstruction, c'est plutôt non. Un sein en moins ne m'empêche pas de vivre ", dit-elle. Elle y réfléchit parfois cependant, mais est rebutée à l'idée d'une nouvelle opération qui l'éloignerait du travail.

Si le frein majeur est d'ordre psychologique (peur de l'intervention chirurgicale ou du résultat…),14 % des femmes qui ne souhaitent pas de reconstructionmettent en avant des raisons financières : l'Assurance-maladie prend en charge à 100 % les traitementspour les patients souffrant d'une affection de longue durée (ALD) comme le cancer. Mais, après la mastectomie, certaines dépensessont peu ou pas remboursées. Pour les femmes qui choisissent de ne pas faire reconstruire leur poitrine, le montant restant à charge s'élève à 256 euros par an. Les prothèses externes, par exemple, qui coûtent entre 70 et 220 euros et doivent être changées tous les ans, sont remboursées 70 euros.

" J'ai payé de ma personne "
Dans le cas d'une reconstruction, ce sont les dépassements d'honoraires qui pèsent le plus dans le budget, avec un reste à charge moyen de 1 391 euros. Une situation que connaît bien Delphine Camsat, 42 ans. En 2014, deux ans après sa mastectomie, elle s'oriente vers une technique peu connue – une sorte de ventouse qui décolle la peau pour créer une cavité et y injecter de la graisse, sans nouvelle cicatrice. Le procédé n'est pas pris en charge par la Sécu. " L'appareil coûte 1 500 euros et les dépassements d'honoraires pour l'intervention 2 300 euros, dit-elle, devis à l'appui. J'ai payé suffisamment de ma personne. J'ai des enfants en bas âge, un crédit pour la maison, je n'allais pas faire un crédit pour me faire reconstruire. "

Delphine Camsat se résigne alors à opter pour une technique moins chère et cherche un praticien sans dépassement d'honoraires. Même après l'intervention, les dépenses continuent : " Les frais de transport pour voir les spécialistes, les séances chez l'ostéopathe, les pommades pour les cicatrices. Tout ça mis bout à bout, ce n'est pas négligeable ! "

" Le retour à une vie normale passe aussi par le fait d'avoir des projets, mais certaines femmes doivent y renoncer à cause de ces frais ", note Emmanuel Jammes, délégué à la mission société et politique de santé de la Ligue. L'étude montre par conséquent que les femmes actives, bénéficiant de hauts revenus et bien remboursées par leur mutuelle, ont davantage recours à la reconstruction.

L'association propose plusieurs pistes pour en finir avec ces freins : fixer un prix limite de vente pour les prothèses externes, recenser les praticiens sans dépassement d'honoraires et informer sur la possibilité de négocier ce dépassement. L'enquête montre également que neuf femmes sur dix ayant subi une reconstruction jugent celui-ci " inacceptable ".

Maurane Speroni

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 17 Août 2015

Quand M. Nicolas Sarkozy persiste et signe dans la connerie !

M. Nicolas Sarkozy n'est pas un idiot, pas plus un imbécile. A ce niveau là, c'est un con, et un con de première en plus !

M. Nicolas Sarkozy a perdu contre un candidat qui n'avait jamais été ministre et qui a représenté un second choix suite aux affaires Strauss-Kahn. Quand on perd contre quelqu'un qui est faible, ne doit-on pas se poser des questions ?

M. Nicolas Sarkozy avait gagné en 2007 en allant chasser sur les terres du FN. En 2012, il a eu, face à lui, un candidat différent, beaucoup plus fin et bien plus fédérateur. Quand on a un adversaire différent, on utilise une tactique différente. Las, ce qui avait réussi en 2007 a lamentablement échoué en 2012 : chasser sur les terres du FN marche bien contre Jean-Marie Le Pen, beaucoup moins bien contre Marine Le Pen qui offre l'avantage d'être l'originale par rapport à la copie.

La campagne de 2012 de Sarkozy a été un échec car le parti s'est déporté sur sa droite tout en faisant l'effet de repoussoir vers le centre : Mme Corinne Lepage et M. François Bayrou se sont écartés, à juste titre il me semble, d'une candidature beaucoup trop nauséabonde aux vues des valeurs Républicaines.

Cette "martingale gagnante" est donc purement et simplement une connerie qui doit être écartée, pour les raisons suivantes :

1. La perte de l'élection présidentielle en 2012 face à un candidat de seconde zone, montre que cette tactique ne marche pas
2. L'électorat FN préfèrera toujours l'original face à la copie, d'autant plus que la copie a, actuellement, un vernis beaucoup plus respectable !
3. Dans le triptyque, la priorité des engagements va à l'immigration. C'est le terreau essentiel du FN et représente le fondement du pourquoi l'électorat FN préfèrera toujours la copie à l'original !

Bref, tant que M. Nicolas Sarkozy persistera face à la bêtise, il échouera et sa martingale n'entraînera que sa défaite comme elle a déjà entraîné la défaite de 2012...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 23 Avril 2015

***************

Face au FN, Sarkozy pense avoir trouvé la " martingale gagnante "
Le président de l'UMP était attendu à Nice, mercredi, pour soutenir la candidature de M. Estrosi aux régionales, face à Marion Maréchal-Le Pen
C'est une nouvelle étape dans l'opération reconquête de Nicolas Sarkozy en vue de la présidentielle de 2017 : le président de l'UMP devait effectuer un déplacement à Nice, dans les Alpes-Maritimes, mercredi 22 avril. L'occasion de roder sa stratégie face au Front national dans ce Sud-Est où l'extrême droite exerce une forte pression sur l'électorat de l'UMP.

Au menu : une réunion publique pour appuyer la candidature de Christian Estrosi, chargé de conduire la liste UMP en Provence-Alpes-Côte d'Azur aux élections régionales de décembre. Le maire de Nice sera opposé à Marion Maréchal-Le Pen, investie tête de liste du FN après le retrait de Jean-Marie Le Pen. La mise à l'écart du grand-père, qui illustre la volonté de Marine Le Pen de " dédiaboliser " sa formation, incite M. Sarkozy à poursuivre dans la stratégie qu'il a mise en œuvre pour attirer les électeurs du FN et contenir le risque d'hémorragie de ses troupes vers le parti frontiste. Sa méthode ? Exclure toute alliance avec le FN, mais reprendre ses thématiques traditionnelles (dénonciation de l'immigration, du communautarisme et de l'" assistanat ") tout en se démarquant sur le projet économique.

C'est, selon le camp Sarkozy, le triptyque gagnant face à l'extrême droite. " Pour endiguer le FN, il faut montrer que la barrière est infranchissable en refusant toute alliance. A partir du moment où la digue est érigée, on peut aller très loin en s'approchant le plus possible de la frontière ", estime l'ex-ministre Eric Wœrth. " On a vu lors des élections départementales que la martingale gagnante consiste à taper le FN sur l'économie, tout en assumant nos valeurs sur l'assistanat et le communautarisme ", abonde Laurent Wauquiez, numéro 3 de l'UMP.

M. Sarkozy suit cette stratégie à la lettre, y voyant aussi un moyen de se démarquer du positionnement plus modéré d'Alain Juppé, son principal rival pour la primaire. D'un côté, il érige les sujets identitaires comme des priorités, en ne cessant de faire des clins d'œil à l'électorat frontiste. Il affirme par exemple que " l'immigration menace notre façon de vivre ", plaide pour l'" assimilation ", et répète sa volonté de " maîtriser les flux migratoires ". Il dit aussi vouloir en finir avec le communautarisme et surfe sur l'islamophobie rampante dans la société, en proposant d'interdire le voile à l'université et les menus de substitution dans les cantines scolaires.

Maîtrise des impôts
D'un autre côté, M. Sarkozy accuse Marine Le Pen d'avoir " le même programme économique que Jean-Luc Mélenchon ", en dénonçant sa volonté de sortir de la zone euro ou sa promesse d'instaurer la retraite à 60 ans. Défenseur des entreprises et partisan d'une maîtrise des impôts, il s'érige également en contempteur de l'" assistanat ",thème dont il a fait une priorité au cours des dernières semaines. Mercredi, il devait ainsi assister à Nice à la présentation par le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, du bilan de la lutte contre la fraude au RSA dans le département. Le 8 avril, il avait déjà demandé aux présidents des départements de droite d'expérimenter l'obligation pour les allocataires du RSA de travailler sept heures par semaine. Une mesure proposée pendant son quinquennat par Laurent Wauquiez, aujourd'hui secrétaire général de l'UMP.

" M. Sarkozy envoie tous les signaux pour que la porosité avérée entre les électorats de droite et d'extrême droite se fasse au bénéfice de son parti et non au profit du FN ", analyse le politologue Gaël Brustier. " On observe chez les Français une demande de libéralisme économique, ainsi qu'une demande de sécurité et une inquiétude sur les sujets identitaires. M. Sarkozy cherche à y répondre, en insistant sur ce qui sépare l'UMP et le FN sur le terrain économique pour attaquer la crédibilité gouvernementale du parti de Marine Le Pen ", complète Pascal Perrineau, ancien directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof).

Il n'a pas échappé à M. Sarkozy que, dans les sondages, les électeurs UMP et FN convergent sur les questions identitaires, alors qu'ils restent profondément opposés sur les sujets économiques. 90 % des sympathisants UMP se retrouvent par exemple sur la proposition du parti d'extrême droite de diviser par vingt le nombre d'immigrés qui entrent chaque année en France, selon une étude IFOP pour Le Figaro magazine publiée le 3 avril. La sortie de la zone euro reste, en revanche, la vraie ligne de clivage entre sympathisants UMP et FN.

Alexandre Lemarié

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 14 Août 2015

M. Mathieu Gallet doit quitter ses fonctions ! 2/2

Comme je l'ai déjà dit, cette exonération pose question. En quoi l'IGF absout-elle un président qui est, par définition, responsable des dépenses de l'organisme qu'il dirige ? Tout simplement car l'IGF se dit que si elle condamne les pratiques d'un président de radio, elle devra aussi critiquer ses propres pratiques, et là, faut pas déconner !

M. Mathieu Gallet n'a pas procédé à des dépenses abusives ? En effet, tout est relatif...

68 000 euros de rénovation de boiseries d'un bureau ! Il ne faut pas déconner ! On rénove deux appartements de 50m² entièrement pour ce prix ! On y dit que le président n'a pu exercer d'influence alors même qu'il est président ! A la maison de la Radio, un président n'a pas d'influence ? A quoi il sert alors ? Il aurait pu suspendre les travaux selon lui... à mon avis, il aurait DU : la nuance est d'importance...

Comment on peut justifier 35 000 Euros pour changer des moquettes, un mobilier et des stores ? Au contraire du rapport, je dis que cette dépense est beaucoup trop élevée quand on est financé par l'argent du contribuable et que l'entreprise que l'on dirige est en difficulté !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 22 Avril 2015

********************

Le PDG de Radio France exonéré sur ses dépenses
L'Inspection générale des finances estime que Mathieu Gallet n'a pas procédé à des dépenses abusives
Si l'IGF n'a relevé aucune entorse aux règles, elle se permet néanmoins d'" appeler particulièrement l'attention du président de Radio France sur l'importance de l'exemplarité des actions non seulement sur le fond mais aussi sur leur processus de décision ". En clair, M. Gallet aurait pu se montrer plus sensible au contexte et anticiper le fait qu'un changement de mobilier choquerait forcément au sein d'une entreprise s'apprêtant à endurer un plan d'économies et des suppressions de postes. " Il aurait pu surseoir à ces dépenses ", répète Jean-Paul Quennesson, membre de l'Orchestre national de France et délégué syndical (SUD).

L'IGF, qui a commencé son enquête le 30 mars, s'est donc penchée sur la rénovation du bureau présidentiel, mais aussi sur le contrat de communication conclu entre Radio France et Denis Pingaud pour un montant de 96 000 euros, ainsi que sur le changement de la voiture de service du PDG – deux autres dépenses qui avaient été relevées par la presse, fin mars.

Sur le bureau, les conclusions de l'IGF valident la défense de M. Gallet. Sur les 104 000 euros dépensés, 68 000 euros " de rénovation des boiseries en palissandre de Rio avaient un caractère patrimonial et étaient liés à des décisions sur lesquelles l'actuel président n'a pas pu exercer d'influence, car antérieures à son arrivée ". L'IGF rappelle néanmoins que M. Gallet aurait pu décider de suspendre cette rénovation, comme il l'avait lui-même reconnu dans un entretien au Monde.

Les 35 000 euros restants, correspondant à un changement de moquette, de mobilier et de stores, dans un bureau qui n'était pas hors d'âge, semblaient moins justifiables. Mais " la mission n'a pu retrouver d'éléments écrits permettant d'établir avec certitude l'origine de la décision, entre le président ou la direction de la réhabilitation ", qui pilote le chantier de la Maison de la radio. La seule intervention traçable de M. Gallet est le choix de sa table de réunion. Le rapport estime que cette dépense de 35 000 euros n'est " pas injustifiée " compte tenu des " fonctions de représentation " exercées par le PDG.

Autre élément qui a nourri la polémique : le contrat de communication conclu en juin 2014 avec Denis Pingaud, qui conseillait déjà M. Gallet quand celui-ci était président de l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Ce contrat " n'est inhabituel (…) ni par son contenu ni par ses modalités de passation ", observe le rapport. Une clause de tacite reconduction, présente dans la première version du contrat, a été retirée dès juin 2014 sur recommandation de la direction juridique de l'entreprise, afin qu'une mise en concurrence puisse avoir lieu au bout d'un an. Le rapport rappelle que sous la présidence antérieure, un contrat équivalent existait, et comportait, lui, une clause de tacite reconduction – M. Gallet a donc, en ce sens, amélioré les choses.

" Nécessaire modernisation "
L'IGF valide également l'" effectivité de la prestation " du conseiller de Radio France : en dix mois, 350 courriels ont été échangés entre M. Pingaud et des membres du comité exécutif et il a assisté à 23 réunions, selon le rapport, sur des sujets concernant l'entreprise, pas uniquement l'image de M. Gallet.

Enfin, concernant le véhicule de service du PDG, " le changement (…) avait été prévu dès le mois de mai 2013 - avant sa prise de fonctions - et s'est s'inscrit dans le cadre des règles de l'entreprise, que ce soit pour les critères d'obsolescence de la précédente C6 (cinquante-trois mois et 121 383 km), ou pour le choix du modèle de l'actuelle 508 ".

Les enquêteurs ont aussi passé au crible les dépenses du comité exécutif (supérieures à 100 euros) et les choix des fournisseurs les plus récents. " Aucune des dépenses examinées, du président ou d'un membre du Comex - comité exécutif de Radio France - , ne présente de caractère anormal ou disproportionné par leur nature ou leur montant ", conclut le rapport. Tout juste souligne-t-il la justification fragile de deux voyages effectués par M. Gallet, l'un au Brésil au moment de la Coupe du monde de football, l'autre en Chine pour participer au sommet Young Leaders. Le rapport suggère, enfin, que l'entreprise se dote de règles plus transparentes en matière de contrôle et de publicité des dépenses. " Certaines dispositions nouvelles pourraient néanmoins utilement être mises en place afin que leur acceptabilité ne soit plus remise en cause ", propose le rapport. " Je n'ai jamais douté des conclusions de l'enquête de l'Inspection générale des finances, a réagi M. Gallet. L'important, maintenant, c'est l'avenir du service public de la radio et sa nécessaire modernisation. Nous allons y travailler avec l'ensemble des salariés de Radio France qui sont, comme moi, particulièrement attachés à l'entreprise et à ses missions de service public. "

Vendredi, le PDG a rencontré Dominique-Jean Chertier, le médiateur choisi par le gouvernement, pour discuter de la mission de celui-ci. M. Chertier, qui sera présent " à tiers temps " à Radio France, doit remettre sur pied le dialogue social. Il a aussi vu les syndicats, ensemble puis séparément. " C'est le démarrage ", souligne-t-on. La question qui agite la Maison ronde est désormais de savoir sicette relance du dialogue peut se faire avec une équipe de direction inchangée, ou si M. Gallet procédera à des mouvements – montrant au passage qu'il s'efforce désormais de reprendre la main.

Alexis Delcambre

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 13 Août 2015

Il faut reconstruire la pyramide de la police et de la gendarmerie

La pyramide hiérarchique au sein de la police et de la gendarmerie doit être revue. On ne doit pas avoir autant d'encadrants que d'hommes du rang. De fait, la revalorisation salariale ne doit pas aller forcément vers la montée en grade. On ne peut pas utiliser la montée en grade pour augmenter le salaire : la montée en grade implique des responsabilités d'encadrement.

Même si le salaire est augmenté, un bon homme du rang doit voir son travail valorisé sans passer pour autant par des responsabilités d'encadrant.

Le grade doit être lié à des responsabilités d'encadrement, non de salaire. A ce titre, il doit être surveillé pour garder une pyramide. La valorisation des hommes, elle, peut passer par un autre chemin, pas uniquement vu au niveau du grade.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 22 Avril 2015

******************************

Trop de gradés dans la police et la gendarmerie
Dans un référé, la Cour des comptes juge la gestion des carrières des forces de l'ordre " coûteuse "

La Cour des comptes épingle à nouveau les forces de l'ordre. Dans un référé rendu public lundi 20 avril, elle critique la gestion des carrières des policiers et des gendarmes. Début mars, elle avait déjà mis en cause les forces de l'ordre perdues, selon elle, dans leurs rivalités et incapables de travailler entre services.

Cette fois, la haute juridiction s'est penchée sur deux réformes " majeures " mises en œuvre entre 2004 et 2012 pour accélérer le déroulement de carrière des policiers et des gendarmes. Elle estime que ces réformes ont été " coûteuses " et ont " manqué d'une vision stratégique ",et dénonce " une gestion par à-coups des ressources humaines ".

En 2013 déjà, un rapport de l'Inspection générale de l'administration portant sur ce sujet avait constaté que " ses résultats sont impossibles à mesurer en matière d'efficacité de l'action policière ". De la même façon, les magistrats soulignent que la gendarmerie a augmenté le nombre de ses officiers " pour s'aligner sur les grades de la police, sans réflexion suffisante sur ses besoins fonctionnels ".

Selon la Cour, les réformes portant sur les carrières ont entraîné un surcoût annuel d'environ 503 millions d'euros dans la police et 169 millions dans la gendarmerie. Elle souligne avoir déjà rappelé à l'ordre le ministère de l'intérieur en 2013 sur ces sujets, l'avertissant sur la " hausse accélérée des dépenses " liées à ces réformes.

Car, à force d'accorder des promotions pour acheter la paix sociale, police et gendarmerie ressemblent à des armées mexicaines. Dans la police, le corps des officiers compte trois fois plus de capitaines que de lieutenants. Et, au sein du corps des gardiens de la paix, la pyramide des grades est certes conforme à l'objectif fixé, " mais la pertinence de cet objectif n'est pas établie " note le référé, qui estime qu'" en moyenne, il y aurait désormais un encadrant pour un encadré ".

Désorganisation des services

Dans la gendarmerie, la pyramide s'est déformée au sein de chaque corps " au profit des catégories les plus élevées et les plus coûteuses " : ainsi, la proportion des colonels et des lieutenants-colonels parmi les officiers est passée de 13 % en 2009 à 18 % en 2013.

Cette accélération des promotions de grade conduit à désorganiser les services. Certains gradés ou officiers " se retrouvent à encadrer leurs collègues d'hier alors même que leurs attributions hiérarchiques ne sont pas clairement définies ".

L'âge moyen d'accès aux grades de commandant et de major, grades les plus élevés respectivement pour les officiers et les gardiens de la paix, est inférieur à 47 ans. " Cette situation limite les perspectives de carrière (…) pour de nombreux policiers arrivés, près de dix ans avant leur retraite, au sommet de leur corps ", relève la Cour des comptes.

L'interruption de ces avancements accélérés provoque désormais des tensions. Dans la police, les taux de promotion dans le corps des gradés et gardiens ont été divisés au moins par deux en 2013. D'après la Cour des comptes, " ces perspectives réduites sont d'autant plus problématiques que près de 30 % des gardiens de la paix disposent des qualifications nécessaires pour prétendre au grade de brigadier ". Dans la gendarmerie, les avancements ont également été réduits de plus de 50 % pour les sous-officiers en 2013, et même de 70 % pour les adjudants.

Ce constat accablant dressé, les magistrats préconisent " de mettre en œuvre (…) une stratégie de gestion des carrières qui rééquilibre la pyramide des corps et évite les à-coups déjà observés ". La Cour a adressé le 3 février son référé au ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve, qui disposait de deux mois pour répondre aux critiques, remarques et propositions formulées, mais n'a pas répondu dans les temps. " Le courrier du ministre est parti hier - lundi 20 avril - ", indiquait-on mardi matin Place Beauvau.

Dans sa réponse au précédent référé de la Cour des comptes sur les enquêtes judiciaires menées par la police et la gendarmerie, Bernard Cazeneuve avait jugé " excessif " le " tableau particulièrement sombre " brossé par la Cour.

L'association professionnelle des militaires et de la gendarmerie, Gend XXI, a fait savoir qu'il " partage globalement le constat des erreurs stratégiques " dressé par la Cour des comptes. Pour cette association créée début janvier, la multiplication des postes d'officiers et de hauts gradés " a conduit à une dévalorisation des fonctions exercées par les moins gradés " et pénaliserait aujourd'hui " les jeunes générations de gendarmes ".

Matthieu Suc

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 12 Août 2015

M. Mathieu Gallet doit quitter ses fonctions ! 1/2

Dans ce dossier, et pour les mêmes raisons que dans l'affaire du patron de la CGT, M. Thierry Lepaon, la légitimité de M. Mathieu Gallet pose problème.

Le rôle d'un patron est, je le répète, de gérer son entreprise, ce qui inclut, de facto, des responsabilités financières.

Que M. Mathieu Galet n'ait pas été directement à l'origine de la décision de la réfection de son bureau ne l'abstient absolument pas de se poser des questions quant à la légitimité des dépenses engagées.

Il était de la responsabilité du président, en tant que président, de gérer le coût de la rénovation d'un bureau, d'autant plus s'agissant du sien !

A ce titre, on ne peut pas dépenser 68.244 Euros pour rénover un bureau ! Ce n'est pas concevable, ce n'est pas admissible de la part d'une entreprise publique financée, entre autre, par l'argent du contribuable ! La Maison de la Radio, ce n'est pas Versailles et la présidence de l'institution se doit de gérer correctement le budget qui lui est alloué ! Avec 68 000 Euros, on rénove entièrement 2 appartements de 50m², cuisine y compris ! On ne peut donc pas allouer cette somme à rénover un simple bureau !

Le réameublement d'un bureau pour 18 836 Euros est dispendieux ! N'en déplaise à Bercy et au ministère de la Culture, cette somme est bien trop élevée au regard du but recherché ! Oser prétendre le contraire, c'est se rendre complice d'une dépense immodérée, dépense faite par le contribuable ! Quand on fait la somme du mobilier, de la moquette et de l'installation de stores, on en vient à un coût immodéré de 32 013 Euros, là aussi, c'est trop, beaucoup trop !

M. Mathieu Gallet, en tant que président, est responsable de ces dépenses. Il doit donc être sanctionné et non blanchi.

Mais c'est vrai que lorsque c'est Bercy qui absout, on peut se poser des questions sur la pertinence de ses propres services en matière de dépense publique. Rentre-t-il dans les attributions de Bercy de juger une institution qui dépend de l'Etat alors qu'elle même en fait partie ? Ce jugement ne relève-t-il pas d'un mode de fonctionnement où on est juge et partie et où on est d'accord avec de fortes dépenses à partir du moment où le bureau du Ministre à Bercy doit être aussi luxueux ?

Bref, cette décision de Bercy et du ministère de la Culture ressemble à s'y méprendre à une justification des méthodes de l'Etat aux dépends du contribuable et de la maîtrise des coûts.

****************

Radio France : ce que contient le rapport qui blanchit Mathieu Gallet

Un article du journal 'Le Figaro' Home ECONOMIE Médias & Publicité
Par Chloé Woitier Mis à jour le 21/04/2015 à 08:22 Publié le 20/04/2015 à 19:30

L'enquête, diligentée par Bercy et le ministère de la Culture, blanchit le président de Radio France des accusations de dépenses dispendieuses. L'affaire du bureau est surtout l'histoire d'un dérapage incontrôlé des coûts de restauration du palissandre.

Voiture, bureau, conseiller en communication ... le président de Radio France a-t-il un train de vie néfaste pour les comptes de l'entreprise? L'accusation, née de plusieurs articles du Canard Enchaîné, a donné lieu à une enquête de l'Inspection générale des Finances, diligentée par Bercy et le ministère de la Culture. Et les conclusions du rapport blanchissent Mathieu Gallet, avait révélé. «Je n'ai jamais douté des conclusions de l'enquête», affirme ce dernier après la publication, ce lundi, de l'intégralité du document. En voici les principaux points.

- Un dérapage incontrôlé du coût de la rénovation du bureau du président

Comme l'a répété plusieurs fois Mathieu Gallet ces dernières semaines, la décision de déplacer du 4e au 3e étage le bureau de la présidence de Radio France a été prise bien avant son arrivée l'été dernier. Cette dernière figure dans des appels d'offres datant de 2009, sous l'appelation «dépose pour conservation et repose avec soin du mobilier du président». Le coût est alors estimé à 19.781,85€.

Une entreprise de menuiserie procède en 2010 au démontage du fameux mur en palissandre. Mais la société fait faillite, et avec elle disparaît le plan de remontage du précieux meuble. Sans ce document, «les pièces constituaient un simple ‘fagot'», note l'IGF. Une nouvelle entreprise est missionnée pour remonter autant que faire se peut le palissandre. Mais le montage final «présente des défauts d'assemblage et de fixation néfastes à sa préservation», soulignent fin 2013 des architectes des monuments historiques. Il va falloir reprendre de zéro et restaurer les pièces abîmées, pour 34.500 euros. Mais le démontage s'avère plus délicat que prévu. Face à ces difficultés, il est décidé de «mettre en place une adaptation de l'ouvrage permettant un éventuel démontage ultérieur plus aisé». Coût total de l'opération: 68.244 euros.

- La mystérieuse origine du réameublement du bureau du président

Qui a décidé de remeubler le bureau de la présidence? Mathieu Gallet ou la direction de la réhabilitation de la Maison ronde? L'IGF n'a pu le déterminer. Mais le service de Bercy note que le coût total - 18.836 euros - «n'a pas de caractère dispendieux». Le rapport souligne la décision de ne pas changer les luminaires, qui auraient alourdi la note de 1296 à 7105 euros. Mathieu Gallet a choisi lui-même sa nouvelle table de réunion, mais les autres meubles ont dû être sélectionnés parmi un catalogue établi par ses services.

La moquette, de couleur aubergine, a été remplacée par une de couleur claire «pour retrouver une esthétique proche de celle existant avant le déménagement». Mathieu Gallet avait affirmé que la moquette originale avait été abîmée lors des travaux, mais l'IGF n'a pas pu confirmer ces dires malgré «des photographies et des entretiens». Mobilier, moquette et installation de stores mécaniques ont coûté 32 013 euros.

- Une voiture de fonction dans les standards de la Maison ronde

Le changement de voiture de fonction à l'arrivée de Mathieu Gallet n'avait rien d'irrégulier, souligne l'IGF. L'ancienne voiture de la présidence, une Citroën C6, avait quatre ans d'âge et plus de 120.000 kilomètres au compteur. Or, Radio France renouvelle son parc de voitures, louées ou achetées, tous les quatre ans en moyenne, et ses contrats de location ne dépassent jamais les 120.000 kilomètres. De plus, divers documents ont prouvé que la décision de changer la C6 du président a été prise bien avant la nomination de Mathieu Gallet.

Ce dernier a porté son choix sur une Peugeot 508 hybride. Ce modèle écologique coûte plus cher que son équivalent diesel à la location, mais ouvre la porte à de nombreuses déductions fiscales et une forte réduction de la consommation de carburant. «Ces élements conduisent à réduire le prix mensuel d'un véhicule hybride de plus de 133 euros par rapport à un véhicule classique», souligne le rapport. Ce dernier indique également que le coût mensuel des voitures des présidents ne cesse de baisser depuis 2006. De même, contrairement à ses prédecesseurs, Mathieu Gallet ne peut pas utiliser son véhicule professionnel à des fins privées.

- Des finitions en bois oubliées

À noter que la Peugeot 508 aurait dû coûter plus cher. La présidence avait choisi l'option «pack bois», qui comprend de meilleurs sièges et des finitions en bois pour le tableau de bord, mais cette dernière a été oubliée lors de la commande du véhicule. Radio France a d'abord songé à demander l'ajout des éléments manquants, mais le coût de l'opération (1300 euros hors taxe) a entraîné l'abandon de ces travaux le 18 mars. Hasard ou coïncidence, il s'agit également de la date de parution du premier article du Canard Enchaîné sur les dépenses de la présidence.

- Des conseils en communication dans les normes

Certes, la présidence a choisi les services de Denis Pingaud sans mise en concurrence, «mais cela n'entraîne pas nécessairement un écart par rapport aux procédures habituelles de Radio France». L'IGF souligne que le contrat, initialement de tacite reconduction, a été remplacé par une date ferme de fin (fixée au 31 mai 2015) après une analyse du service juridique de la radio. Un appel d'offre en bonne et dû forme est en cours de préparation, une première pour Radio France. L'IGF estime également que la mission de Denis Pingaud «correspond bien à une prestation de conseil en stratégie de communication, et non à des opérations de promotion de l'image personnelle du président».

- Deux voyages remis en question

L'IGF n'a rien à redire sur les frais de déplacements de Mathieu Gallet. Les transports en taxi pris en charge par Radio France «sont consécutifs à des manifestations culturelles associant Radio France» et, dans le cas contraire, «ont été remboursées à l'entreprise par chèque». Le service de Bercy tique cependant sur deux voyages à l'étranger (sur onze réalisés depuis un an par Mathieu Gallet). La radio publique a pris en charge un aller-retour à Shanghaï dans le cadre du programme «Young Leaders», ainsi qu'un déplacement au Brésil «pour rencontrer les équipes de Radio France sur place et assister à un match» de football.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 11 Août 2015

M. Thierry Lepaon : fraudeur ou incompétent ?

Qu'on le veuille ou non, la responsabilité d'un patron est la juste dépense de l'organisation qu'il préside. Ainsi, dire que le patron n'a aucune responsabilité quant aux dépenses faites par son organisation n'a juste aucun sens, car le rôle d'un patron est d'avoir justement la responsabilité de ces actes !

Si travaux il y a, elles sont forcément sous la responsabilité du patron. Le patron est-il donc un voyou ou un incompétent ? C'est la question à laquelle il faut répondre.

Si le patron n'a pas eu connaissance des devis, c'est une faute. S'il n'a pas su que son bureau était en cours de rénovation, c'est bien entendu un mensonge éhonté.

Le dédouanement est facile : il permet aux dirigeants actuels de justifier des dépenses injustifiables et permet de dire que l'on a le droit de dépenser un fric monstre à rénover un bureau alors que l'argent manque cruellement aux fonctions syndicales.

Le patron est responsable car il aurait dû engager des mesures correctives face à des abus. Même s'il n'est pas un voyou, il reste un incompétent et, à ce titre, son éviction est pleinement justifiée.

Quant aux "mesures correctrices", on frise le foutage de gueule en règle : en disant qu'il faut désormais 3 devis, on sous-tend que ce n'était pas le cas jusqu'à présent ! Encore une preuve de l'incompétence des dirigeants de la CGT...

***************

Thierry Lepaon blanchi par la CGT dans l'affaire des travaux de son appartement
Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 14.04.2015 à 20h26 • Mis à jour le 15.04.2015 à 04h50

La CGT est désormais « en capacité » de « rétablir la vérité sur (...) l'honnêteté » de Thierry Lepaon. Devant la commission exécutive confédérale mardi 14 avril, le secrétaire général du syndicat, Philippe Martinez, a dédouané son prédécesseur de toute responsabilité dans l'affaire de la rénovation de son bureau et de son appartement de fonction.

S'appuyant sur une enquête interne, il a affirmé que les travaux « ont été réalisés en dehors de la responsabilité du secrétaire général », qui n'a « notamment pas eu connaissance des devis » et « a découvert les travaux une fois ceux-ci achevés ».

Une facture « en décalage »

L'ex-numéro un de la CGT avait fini par démissionner en janvier, après une succession de révélations sur le montant des travaux dans son appartement de fonction, puis dans son bureau et enfin sur une prime de départ qu'il avait touchée lorsqu'il avait quitté la CGT Normandie pour prendre la tête du syndicat.

« La vérité éclate enfin », a réagi l'ex-secrétaire général dans une interview au site L'Opinion.fr, qui assure avoir « vécu l'enfer ». « Je retrouve mon honneur, ma dignité, le fruit de mes engagements. »

S'il dédouane son prédecesseur, M. Martinez a en revanche estimé mardi que la facture des travaux était « en décalage par rapport à la réalité des prestations effectuées » et n'a pas exclu « un recours juridique ».

Pour éviter qu'une telle situation ne se reproduise, le syndicat a pris « des mesures correctrices », a insisté M. Martinez. « Au moins trois devis » seront désormais requis pour « les montants supérieurs à 5 000 euros », et diverses autorisations seront nécessaires pour les montants supérieurs à 10 000 euros.

Mea culpa

La CGT a également décidé de recruter un directeur administratif et financier pour « travailler avec plus de rigueur », selon les mots de son numéro un.

Autre mea culpa : le syndicat a « individuellement et collectivement sous-estimé la gravité de la crise » qu'elle traversait, « ce qui nous a conduits à un manque de clarté et de réactivité », a estimé M. Martinez.

Celui-ci a de nouveau regretté que « des documents pris en interne » aient été « diffusés à la presse, alimentant une campagne de presse sans précédent à l'encontre du premier dirigeant de la CGT et de son honneur. »

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 10 Août 2015

Le FN ne vaut pas mieux que les autres !

Toute la stratégie du parti de Marine Le Pen repose sur le fait qu'elle se dit différente des autres partis, en particulier de l'UMP et du PS. Las, cette stratégie ne résiste pas à l'épreuve des faits. La magouille sait aussi être présente dans ce parti.

Il est donc temps de le rejeter en masse pour ce qu'il est et ce qu'il représente. Le FN est et reste un parti d'extrême droite raciste et xénophobe, qui n'hésite pas à user de toutes les magouilles pour arriver au pouvoir.

Il ne représente en rien un nouveau moyen démocratique mais est la quintessence d'une politique qu'un pays démocratique comme la France ne peut tolérer.

Deux articles du journal 'Le Monde' daté du 17 Avril 2015

***********************

Marine Le Pen rattrapée par l'affaire du financement du FN
Imprimeurs imposés, signatures imitées, prêts suspects… Les candidats aux législatives de 2012 ont raconté aux enquêteurs les dessous de leur campagne

Ce sont juste quelques mots, piochés au cours d'une conversation téléphonique, mais ils signent l'implication personnelle de Marine Le Pen dans l'affaire visant le financement de son parti. Ce mercredi 15 avril 2014, c'est la panique au FN. Les policiers multiplient les auditions, sur la piste d'un financement illégal de la campagne des élections législatives 2012. Imprimeurs imposés, signatures imitées, prêts suspects… Un expert-comptable, Nicolas Crochet, est en ligne de mire, et la liste des délits possibles s'allonge.

Axel Loustau, le trésorier de Jeanne, un microparti satellite du FN, relate alors l'énervement de sa patronne, dans une conversation téléphonique avec Frédéric Chatillon, autre membre de la galaxie frontiste, patron de la société Riwal, une interface commerciale imposée aux 559 candidats du FN. Les policiers sont à l'écoute : " J'viens d'avoir Marine, elle est un peu agacée ", indique M. Loustau. Réponse de M. Chatillon : " Elle est au courant de tout depuis le début… " Réplique de M. Loustau : " Nous faut qu'on ferme notre gueule (…). J'vais te dire, avant qu'on soit mis en examen hein, moi, chez Jeanne, j'ai les couilles propres. "

Pas très visionnaire sur le coup, M. Loustau a été mis en examen un an plus tard, en mars 2015, pour " escroquerie ". Dans un procès-verbal lié aux écoutes, la brigade financière note que " Marine Le Pen s'enquiert et est informée du choix des imprimeurs et de la répartition des quantités pour chacun d'eux et semble influencer ces décisions. Elle est en lien direct avec Nicolas Crochet et se tient très au courant au sujet de Chatillon, des articles de presse le concernant ainsi que concernant Loustau, Jeanne et Riwal. Elle semble d'ailleurs en être contrariée et être informée et au courant de tout ", concluent les policiers. Qui notent par ailleurs, à propos de M. Chatillon, placé sur écoute, " qu'il informe Marine Le Pen de - leurs - investigations ".
" Elle était du FN et jolie fille "

Elle sait tout, notamment, de cette campagne des législatives, en 2012, où le FN a dû faire face à ses deux maux classiques :peu de moyens financiers, et des candidats souvent inexpérimentés. C'est en effet ce double constat qui émerge de l'enquête menée par les juges Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi, chargés de démêler le système alambiqué de financement " obligatoire " mis en place.

En témoigne le cas de ce peintre en bâtiment à la retraite en Haute-Savoie, Patrick Chevallay. Il est de toutes les élections. Tant pis si cela l'expose à quelques visites désagréables de policiers. Comme en ce mois d'avril 2014, quand la police vient lui demander de décrire par le menu le financement de sa campagne, en 2012. Ces détails ne l'intéressent pas, manifestement. Pourquoi avoir choisi tel mandataire financier, par exemple ? " Elle était du Front national et elle était jolie fille, dit-il, je préfère une jolie fille qu'un mec pas beau. " Argument imparable. Comme son amour des meetings : " On a fait tous les meetings possibles, se souvient-il, mais il n'y a jamais personne dans ces réunions, c'est histoire de boire un coup et de prendre un casse-croûte. " Les enquêteurs n'en sauront guère plus. D'ailleurs, M. Chevallay n'a pas donné suite, non plus, aux courriers de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), lorsque celle-ci lui a demandé des précisions sur diverses irrégularités relevées. " Oui, j'en ai reçu, mais moi je les ai déchirés… ", relate l'ex-candidat.

M. Chevallay n'est pas un cas isolé. Procédant par échantillons, les enquêteurs se sont concentrés sur le Puy-de-Dôme, la Savoie et la Haute-Savoie, afin de mieux comprendre le système de financement mis au point par le FN pour les législatives de 2012. Ils ont souvent obtenu les mêmes réponses à leurs interrogations. Véronique Drapeau, candidate dans la 1ere circonscription de Savoie, s'est souvenue : " Nous avons été obligés de prendre l'expert-comptable de Paris ", convenant avoir " signé plusieurs documents " sans en " avoir pris connaissance ".

Les enquêteurs sont repartis avec le vague sentiment d'avoir été menés en bateau. " Nous avons pu constater que les derniers candidats perquisitionnés et entendus semblaient nous attendre et connaître à l'avance les réponses à nos questions ", relève ainsi une capitaine de police, le 10 avril 2014, dans un rapport adressé à sa hiérarchie.

Mais certaines langues se sont déliées. Tout est parti du courrier d'un certain Gérald Perignon, candidat dans le Puy-de-Dôme. Juste après les élections, il reçoit un chèque de 17 400 euros sur son compte personnel. En préfecture, on lui indique qu'il s'agit là du remboursement de sa campagne, qui ne lui a coûté que… 450 euros. Il avait consenti un prêt auprès de la structure Jeanne, sans même s'en rendre compte. Et pour cause : sa signature avait été contrefaite. Etonnement, énervement : il écrit le 2 février 2013 à la CNCCFP, et rappelle que sa fédération frontiste lui avait dit ceci : " que je faisais chier de téléphoner à Paris ou à la préfecture au sujet de cette somme et que je devais la renvoyer à l'association Jeanne sans me poser de questions. "

La Commission s'en pose, elle, des questions. Le FN, en 2012, a opté pour un financement mutualisé de ses candidats en leur imposant des " kits de campagne ". C'est l'entreprise Riwal, dirigée par M. Chatillon, très impliqué dans Jeanne, qui fournit le matériel.

Le 2 mai 2012, dans un mail adressé à ses sous-traitants imprimeurs, il lance la campagne et précise ceci : " Je vous donne la version définitive des kits de campagne auxquels doivent souscrire tous les candidats. " Autre obligation, les candidats doivent faire appel aux services de l'expert-comptable parisien Nicolas Crochet, co-commissaire aux comptes de Jeanne.
" Situations inacceptables "

Le 28 mars 2013, la CNCCFP dénonce auprès du parquet de Paris la " complexité du montage " qui peut " certainement conduire à des situations inacceptables ". Pour la Commission, les " deux organismes Riwal et Jeanne ne sont que des émanations directes du Front national ". Du coup, les " prestations sont unilatéralement arrêtées par le parti ", et les " dépenses facturées peuvent être surévaluées ". Dans les mois suivants, la brigade financière examine les bilans de Riwal et Jeanne. Selon Tracfin, l'organisme antiblanchiment de Bercy, Riwal a enregistré " entre avril 2012 et janvier 2014 des mouvements créditeurs provenant pour une large part de Jeanne, à hauteur globale de près de 7 millions d'euros ". Les responsables du FN tentent de s'en expliquer auprès de la CNCCFP. En pure perte.

D'autant que les policiers relèvent les marges bénéficiaires importantes obtenues par Riwal : 2,43 millions d'euros, jusqu'à 44,5 %, selon les calculs des assistants spécialisés du pôle financier. " Je suis une entreprise privée donc je fais les marges que je veux ", se justifie devant les policiers M. Chatillon. Les imprimeurs, eux, n'ont pas eu le choix. Le système choisi leur est expliqué dans un salon de réception, près de Nanterre, en présence des Le Pen père et fille.

Jean-Philippe Tauran, président d'Imprimatur, s'en souvient devant les enquêteurs : " On nous a expliqué qu'il y aurait une société en charge de la gestion des documents électoraux, à savoir Riwal, et que c'était à prendre ou à laisser. " Riwal n'est pas la seule structure à profiter du système. Nicolas Crochet, l'expert comptable, empoche pour sa part 657 630 euros pour la campagne des élections législatives, " un montant particulièrement important " pour la justice.

Dans un rapport de synthèse, la brigade financière dénonce des " faux et des documents antidatés ayant permis un remboursement par l'Etat d'un montant apparemment plus élevé que le coût réel, et ce de façon systématique ". Les juges parlent désormais de " manœuvres frauduleuses ".

Gérard Davet et Fabrice Lhomme

**********************************

Les manœuvres financières du parti durant les élections de 2012

Considérés comme illégaux par les juges Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi, les tours de passe-passe financiers auxquels le Front national a eu recours lors des dernières élections présidentielle et législative, au printemps 2012, sont de diverses natures.

Il y a d'abord les soupçons d'" escroquerie ", en l'occurrence le fait d'avoir proposé aux candidats du FN l'achat de " kits de campagne " coûtant 16 650 euros, ensuite facturés à l'Etat. Composés de tracts, affiches et sites Web, ces kits, vendus par la société Riwal à l'association Jeanne, le microparti du FN, étaient ensuite revendus aux candidats. Ils leur auraient en fait été largement surfacturés, " dans l'unique but de majorer des dépenses électorales remboursables ". " Certaines prestations étaient basées sur des fausses factures ", assurent même les juges.

Par ailleurs, ces kits auraient été imposés aux candidats, ce que proscrit le code électoral. C'était " la contrepartie obligatoire de leur investiture ", notent les enquêteurs.

Surtout, pour financer l'achat des kits, les candidats frontistes aux législatives se sont tous vu proposer par Jeanne des prêts, assortis d'un taux d'intérêt (6,5 %) bien supérieur à celui des banques. L'occasion pour Jeanne d'empocher une plus-value aux dépens des contribuables.
" Dons déguisés "

" Les conventions de prêts entre les candidats et Jeanne semblaient antidatées ", ont par ailleurs noté les enquêteurs dans un rapport de synthèse. " Ces faux, concluent les policiers, permettaient le remboursement par l'Etat de dépenses de campagne dont la réalité, mais aussi le véritable besoin étaient difficilement vérifiables, dépenses qui semblaient surfacturées au bénéfice de l'association Jeanne et de la société Riwal. "

Les faits de " financement illicite de parti politique " – et de " campagne électorale " – visent pour l'essentiel les relations incestueuses entretenues par le FN avec Riwal. Les juges reprochent à Riwal d'avoir salarié, en mai et juin 2012, deux proches de Mme Le Pen, David Rachline et Nicolas Bay, alors en campagne pour les législatives. " Lesdits salaires versés par la SARL Riwal uniquement pendant les campagnes présidentielle et législatives 2012 s'analysent en dons déguisés aux candidats ", concluent les juges.

G. Da. et F. Lh.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 7 Août 2015

L'emploi peu qualifié : victime collatérale du salaire minimum en Allemagne

La mise en place du salaire minimum n'est pas la panacée car elle vise, en priorité, l'emploi peu qualifié. Tous les emplois peu qualifiés sont donc visés.

Raison de plus, dans un pays comme le nôtre, de mettre la priorité sur la qualification des emplois afin qu'ils ne puissent être visés par les effets délétères du salaire minimum. Il faut donc que l'éducation nationale s'améliore ainsi que les institutions délivrant les diplômes d'études supérieures.

Il est impossible de rester dans une situation où l'on impose un salaire minimum tout en s'affranchissant du devoir que l'on porte de générer une main d'oeuvre qualifiée dans notre pays : la compétitivité économique même de notre pays en dépend.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 11 Avril 2015

*********************

L'Allemagne découvre les effets du salaire minimum
Très populaire, le smic allemand a des conséquences sur les prix et sur l'essor des " minijobs ", ces contrats d'activité réduite

Hausse des prix, fermeture de milliers de petites entreprises, suppression de centaines de milliers d'emplois… tel était le scénario catastrophe que promettaient à l'Allemagne les détracteurs du salaire minimum. Cent jours après l'entrée en vigueur de la réforme, qui prévoit une rémunération minimale de 8,50 euros de l'heure pour la quasi-totalité des travailleurs, force est de constater que le cataclysme annoncé ne s'est pas produit. Le taux de chômage n'a jamais été si bas (4,8 %), le nombre de faillites d'entreprises est resté stable, les hausses des prix ont été très ponctuelles.

La plus grande réforme du marché du travail depuis dix ans en Allemagne, plébiscitée par 86 % de la population, semble avoir réussi sa période d'essai. Certes, il est encore trop tôt pour tirer un bilan détaillé. " Les effets réels sur l'emploi ne se feront sentir que dans quelques années, assure Hagen Lesch, expert à l'Institut économique de Cologne (IW), proche des milieux patronaux. Là, on pourra savoir combien de coiffeurs par exemple sont passés de salariés à autœntrepreneurs, si le nombre de faux indépendants (n'ayant qu'un seul client) a augmenté ou non. Cela ne se voit pas dans les chiffres du chômage. "

Sur les prix, en revanche, on peut déjà mesurer l'ampleur des hausses. " Je pense que la réaction sur les prix est déjà achevée, parce que le prix est la première courroie d'ajustement des entreprises au salaire minimum, estime Ferdinand Fichtner, de l'Institut économique de Berlin (DIW). Et on peut dire que l'introduction du salaire minimum n'a pas conduit à une augmentation des prix si importante que cela aurait percé un trou dans la poche des gens ". La bonne santé actuelle de l'économie allemande et les grandes hausses de salaires du début d'année ont permis d'encaisser globalement les hausses des prix.

Certaines régions, à l'économie moins dynamique, accusent tout de même le coup. C'est le cas à l'est du pays, où la productivité est moins forte qu'à l'ouest. Le passage à 8,50 euros y a conduit à de fortes augmentations de salaires… qu'il n'est pas toujours possible de répercuter sur les prix en raison du fort taux de chômage et du faible pouvoir d'achat. Exemple : la gastronomie.

Dans le Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, très tourné vers le tourisme, la fédération des hôtels et restaurants a noté une augmentation des prix de 4,8 % par rapport à 2014, contre 2,5 % dans le reste de l'Allemagne. Certains établissements ont déjà réduit leurs horaires d'ouverture. Les fleuristes estiment de leur côté qu'il y aura forcément des fermetures d'entreprises à l'est, tant les bénéfices sont faibles dans ce secteur et la concurrence forte. Des suppressions d'emploi à terme ne sont donc pas à exclure.

Des branches professionnelles, très concernées par les bas salaires, ont déjà licencié. C'est le cas des livreurs de journaux. Selon le syndicat fédéral des distributeurs de journaux (BDZV), le surcoût pour la profession engendré par l'entrée en vigueur du smic s'élève à 205 millions d'euros pour cette année.
Suppressions d'emplois

Deux mille livreurs auraient déjà perdu leur emploi et 1 250 autres devraient suivre. Ceci alors que ce secteur dispose d'encore deux ans pour faire passer la rémunération minimale à 8,50 euros. C'est surtout dans les régions rurales, où les trajets entre deux boîtes aux lettres sont longs, que les licenciements ont été les plus nombreux. " Pour près d'un demi-million de foyers, la livraison de journaux n'est plus rentable. Chaque groupe de presse doit décider s'il peut encore fournir les foyers pour qui le coût de livraison ne peut plus être couvert par l'abonnement ", martèle Dietmar Wolff, président du syndicat BDZV.

La branche taxi, qui a dû augmenter ses tarifs de 10 %, n'a pas vu l'effondrement redouté de ses clients. Mais la fédération professionnelle rapporte que de nombreuses entreprises ont dû réduire le nombre de voitures en circulation, devenues moins rentables. Dans un pays où il est possible de trouver un taxi immédiatement, à toute heure du jour et de la nuit, même à la campagne, quelques files d'attente pourraient faire leur apparition.

Autre conséquence de l'entrée en vigueur du salaire minimum, les fameux minijobs sont désormais moins attractifs pour les entreprises. Ces contrats d'activité réduite, dont la rémunération n'excède par 450 euros pour un nombre d'heures laissé auparavant à la négociation, ont vu leur nombre fortement baisser, car moins rentables. Un effet secondaire plutôt bienvenu tant ces contrats symbolisaient la culture de bas salaires qui s'est installée en Allemagne depuis dix ans.

Selon les chiffres de l'agence fédérale pour l'emploi, le nombre de personnes exclusivement en activité réduite s'élevait à 4,86 millions en mars, soit 2,4 % de moins qu'un an plus tôt. " Le recul peut être lié à l'introduction du salaire minimum ", note l'agence.

Comment réagissent les entreprises, dont certaines coupaient volontiers un emploi pour en faire deux minijobs ? Entre création de vrais emplois et augmentation du travail au noir, il est encore trop tôt pour le savoir. Reste que l'écrasante majorité de la population s'accorde à dire que le salaire minimum, même s'il ne concerne que 4,4 % des salariés, rend le pays un peu plus juste.

Cécile Boutelet

Les chiffres

42,7

C'est, en millions, le nombre de personnes au travail outre-Rhin en 2014.

4,4 %

Il s'agit du pourcentage de travailleurs concernés par l'entrée en vigueur du smic, à 8,50 euros.

22,2 %

C'est la part des travailleurs à bas salaire en Allemagne. Ils gagnent moins de 9,15 euros de l'heure, soit deux tiers du salaire brut moyen, en 2010. Leur nombre a augmenté de 2,3 millions depuis 1995.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 6 Août 2015

Les agriculteurs, comme les autres, doivent participer à l'effort pour obtenir un air sain

Il faut rappeler quelques faits :

D'après un article du journal 'Le Monde' daté du 17 Mars 2014 : "[...] Selon le rapport d'avril 2013 du Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa), les principaux secteurs émetteurs de PM10 (particules d'un diamètre inférieur à 10 micromètres) sont la transformation d'énergie par l'industrie (31 %), la combustion de bois pour chauffer les habitations (30 %) et l'agriculture avec l'utilisation d'engrais (20 %) devant le trafic routier (15 %)."

L'agriculture représente donc plus de part de pollution que l'automobile. Il faut donc qu'elle fasse des efforts.

Tout le monde doit en faire et par priorité : l'industrie, les particuliers, les agriculteurs et les automobilistes. Personne ne doit être privilégié, et personne ne doit être lésé.

C'est à ce prix que l'on se battra contre la pollution pour que tout le monde ait droit à un air pur à respirer.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 11 Avril 2015

*********************

Pollution de l'air : " On stigmatise les agriculteurs "
Dans l'Oise, les céréaliers, critiqués pour les épandages d'engrais, dénoncent l'" hypocrisie " des élus des villes

Sous le hangar d'une splendide ferme, dont certains bâtiments remontent au début du XVIIIe siècle, les deux engins, un distributeur d'engrais et un imposant pulvérisateur vert fluo, sont à l'arrêt. Ici, à Fontaine-Chaalis, petit bourg de l'Oise d'à peine 400 habitants, ce jeudi 9 avril, le soleil réchauffe les champs et les bois alentours, la température atteint les 18 degrés… et Paris, distante d'une quarantaine de kilomètres, vit pour le deuxième jour consécutif un pic de pollution. La concentration de particules fines PM10 (d'un diamètre inférieur à 10 microns) a atteint, dans la capitale, 78 microgrammes par mètre cube d'air.

En cause, la circulation automobile, le chauffage, l'industrie… et l'agriculture. Et, tout particulièrement, les épandages d'engrais, nécessaires en ce début de printemps, qui produisent de l'ammoniac (NH3). " Lors de ces pics de pollution, on observe une part importante de particules “secondaires” qui sont le résultat d'une réaction chimique entre les oxydes d'azote émis par le trafic routier et l'ammoniac issu de l'épandage de fertilisants sur les terres agricoles ", explique Karine Léger, ingénieure d'Airparif, qui surveille la qualité de l'air en Ile-de-France. La combinaison chimique de ces deux produits donne du nitrate d'ammonium, une particule très fine qui pénètre dans les poumons.

Les agriculteurs sont-ils responsables de la pollution des villes ? A Fontaine-Chaalis, l'accusation exaspère. Emeric Duchesne, 32 ans, qui produit sur quelque 200 hectares du blé, de la betterave sucrière, du colza ou encore du lin, préfère en sourire. " Vous pensez qu'au prix où j'achète mon fertilisant, je vais en épandre au risque d'en voir un tiers s'évaporer et aller polluer Paris ? questionne-t-il. Je suis un chef d'entreprise qui ne va pas dépenser plus de solution azotée - sous forme liquide - ou d'ammonitrate - en granulés - que nécessaire et seulement si cela se montre efficace. "

Réactions chimiques

Avec la chaleur, une partie du produit s'évapore. Emeric Duchesne dit ne pratiquer l'épandage que s'il est sûr qu'une pluie prochaine rincera les plantes et emmènera le produit aux racines. Le matin, quand la rosée perle sur les pousses vertes de blé tendre, l'épandage se fait plus couramment. " Les températures fraîches du matin et un ensoleillement en journée sont propices à de telles réactions chimiques, souligne Karine Léger. Lors des épisodes de pollution de mars 2014 et 2015, les particules secondaires représentaient certains jours plus de 60 % de la masse de PM10 observées en Ile-de-France. "

Alexis Patria, à la tête d'une exploitation de 512 ha et maire de Fontaine-Chaalis, dénonce, lui, " l'hypocrisie des élus de la ville qui ne veulent pas s'attaquer à la pollution domestique, urbaine, pour ne pas heurter leurs électeurs, et préfèrent stigmatiser les agriculteurs ". Lors des précédents pics de pollution, fin mars, l'agriculteur dit avoir procédé à des épandages. " Si on m'avait interdit de le faire, je risquais de perdre jusqu'à 10 % de ma récolte ", plaide-t-il.

Car la menace d'une interdiction plane, alors que le cadre réglementaire existe déjà. Un arrêté du 26 mars 2014 du ministère de l'écologie autorise les préfets à prendre des mesures " de restriction ou de suspension de certaines activités concourant à l'élévation de la concentration du polluant considéré ". " L'interdiction n'est pas une bonne idée, il y a déjà la directive nitrate pour lutter contre la pollution de l'eau, et d'autres textes. En rajouter serait problématique, estime Sophie Agasse, responsable des dossiers environnementaux à l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture. La question de fond n'est pas un pic, mais la pollution permanente qui n'est pas qu'agricole. " Sophie Agasse met en avant d'autres solutions, comme la couverture des fosses à lisier, et l'amélioration de l'alimentation des animaux, avec des conséquences sur la qualité du fumier.
Changer de modèle de production

Serge Orru, ancien directeur général de WWF France et conseiller de la maire de Paris, Anne Hidalgo, plaide, dans une tribune publiée le 8 avril sur le site du Nouvel Observateur, pour une limitation des épandages en cas de pic de pollution. Se défendant de " montrer du doigt les campagnes pour innocenter les villes ", il demande au monde agricole d'" attendre quelques jours avant d'épandre les intrants chimiques " et de limiter le recours à l'ammonitrate. " Notre agriculture dépend tellement des engrais chimiques que les pollutions sont inévitables, professe François Veillerette, responsable de l'association Générations futures. On n'empêchera pas les agriculteurs de travailler, il faut juste changer le modèle de production. "

Rémi Barroux, et Laetitia Van Eeckhout, (à paris)

Vitesse et poids lourds visés vendredi

Au 3e jour d'une pollution élevée aux particules en Ile-de-France, vendredi 10 avril, le préfet de police a décidé de maintenir l'abaissement de 20 km/h de la vitesse sur les routes franciliennes, mais aussi d'obliger les poids lourds en transit à contourner l'agglomération – une mesure également valable dans le Nord - Pas-de-Calais, autre région fortement touchée. " Pour la santé de tous les Parisiens et pour le Marathon de Paris - qui se tient dimanche - , il nous faut agir dès aujourd'hui ", a déclaré Anne Hidalgo. Et la maire de Paris de prévenir : " Si - vendredi - les prévisions de pollution sont de nouveau préoccupantes, je demanderai à l'Etat d'instaurer la circulation alternée dès samedi. "

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 5 Août 2015

Le vrai monde de l'économie, ce n'est pas ça !

De nouveau, on assiste à des pratiques honteuses au sein de certaines entreprises. De nouveau le court terme remplace le long terme et l'on se sert de l'entreprise comme d'un porte-monnaie sur pattes tout juste bonne à rétribuer ses actionnaires aux dépends de sa propre survie.

Dans ce cadre, on ne peut pas continuer à verser des salaires à de prétendus grands patrons avant même qu'ils n'aient démontré quelques talents vis à vis de leurs fonctions.

La mondialisation a engendré des pratiques inexcusables. Il faut mettre fin à ces pratiques afin qu'elles ne servent pas de prétexte à des guignols d'extrême gauche pour essayer de démontrer que la mondialisation est néfaste dans son ensemble, et leur donner une excuse de jeter bébé avec l'eau du bain.

Il est urgent que nos politiques et nos dirigeants, nationaux et internationaux, agissent en la matière en ayant conscience de l'abus de telles pratiques intolérables et inexcusables.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 10 Avril 2015

**************************

Le " golden hello " sourit aux audacieux

Dans la République romaine, l'accueil d'un nouvel édile donnait lieu à des festivités qui étaient financées par celui-ci. Il devait faire preuve de sa générosité en donnant des fêtes, en construisant des édifices, mais aussi en distribuant des subsides au peuple au nom duquel il allait exercer sa fonction. Ce que l'on appelle l'évergétisme ad honorem, c'est-à-dire lié à la charge, était une pratique caractéristique de la cité antique, comme l'a montré Paul Veyne (Le Pain et le cirque. Sociologie historique d'un pluralisme politique, Seuil, 1976).

Il permettait de signaler que, pour exercer son pouvoir, celui qui prétendait gouverner les autres devait sacrifier une partie de sa fortune pour en faire bénéficier ceux qu'il avait l'honneur de diriger. Les édifices construits à cette occasion portaient par exemple la mention " Fait avec son argent " (ou DSPF pour " De Sua Pecunia Fecit "). La mise en scène du pouvoir passait par les dons comme preuves que l'on se consacrait au public en s'engageant personnellement, puisque le nouvel édile n'hésitait pas à mettre à contribution son patrimoine privé pour le bien commun. Il manifestait ainsi symboliquement que la richesse personnelle lui était moins précieuse que la charge qui lui était confiée.

Cette représentation du pouvoir est radicalement inversée dans les grandes entreprises modernes, comme le montre avec éclat la pratique des " golden hello " versés aux grands patrons. Le " golden hello " (littéralement : " une bienvenue en or ") est un défraiement sous forme de primes et d'avantages pécuniaires attribués au dirigeant qui accepte de prendre la tête de l'entreprise. Contrairement à l'antique évergétisme, ce n'est pas le nouveau venu qui distribue son or pour faire preuve de munificence désintéressée lors de sa prise de fonctions : c'est au contraire le conseil d'administration qui offre des libéralités au nom de l'entreprise.

Les gouvernés doivent ainsi sacrifier un peu de leurs avoirs en signe de bienvenue au chef. Par exemple, Sanofi a annoncé, en février, qu'Olivier Brandicourt percevra 4 millions d'euros de " golden hello "pour saluer son accession à la direction générale de l'entreprise. A cette prime s'ajoutent 66 000 actions gratuites, puis 220 000 stock-options par an et 45 000 actions sous condition de performance. Tout se passe comme si les 110 000 employés du groupe pharmaceutique avaient versé tout de suite 37 euros chacun à leur nouveau patron pour l'accueillir dignement à leur tête.
idéologie néolibérale

Cette pratique des " golden hello " est un surgeon de l'idéologie néolibérale et de son corollaire, la survalorisation du talent individuel. Dans cette logique, l'entreprise est un espace d'épanouissement et d'exploitation des capacités, des connaissances et des habilités développées par chaque employé. C'est moins une communauté de travail qu'une pépinière de compétences singulières. A sa tête doit donc se trouver l'image même du talent reflétant symboliquement la valeur de ceux qu'ils dirigent. Dans un monde marchand, cette image se traduit par un prix élevé, tribut à payer par l'entreprise pour démontrer qu'elle est assez riche pour attirer le meilleur.

Pour le dirigeant, prendre la tête d'une entreprise, c'est consentir à mettre son talent à son service alors que l'on pourrait fort bien en diriger une autre. Ainsi s'établit une mise en scène du pouvoir selon laquelle la tâche de diriger n'est pas vue comme un service si honorable qu'on serait prêt à lui sacrifier sa fortune, mais, au contraire, comme une étape dans une trajectoire d'excellence individuelle qui exige gratification.

L'inversion par rapport à l'évergétisme antique est donc totale car tout au long de l'exercice de sa charge (dès son arrivée, durant son mandat et même à son départ, sous forme de " parachute doré "), un haut dirigeant recevra des dons sous forme de primes, bonus et stock-options pour honorer sa présence, son talent et ses performances – selon une réinterprétation moderne du vieil adage latin Audaces fortuna juvat ! (" la fortune sourit aux audacieux ").

par Pierre-Yves Gomez

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 4 Août 2015

Quand la course aux dividendes assassine des entreprises

Il n'est pas normal que certains n'utilisent les entreprises que par pur intérêt financier personnel à court terme. Une entreprise, c'est comme un être vivant : pour prospérer, on doit lui donner du temps. On doit investir, travailler pour faire grandir l'activité et en faire une affaire rentable et profitable sur le long terme.

L'entreprise doit être pérenne et sa direction doit être menée sur le long terme en favorisant ses succès propres, et non le succès financier de ses actionnaires.

Quand l'actionnaire se sert directement sur la bête en la saignant de ses actifs, l'entreprise meurt et cesse d'être profitable : si on achète 100 poissons pour faire de l'élevage, il ne faut pas être devin pour constater que si on vend ces 100 poissons sur le marché le lendemain, l'activité de l'entreprise sera mise en péril.

A ce titre, il faut cesser d'embaucher de parfaits incompétents financiers à la tête des entreprises. Il faut privilégier l'embauche de spécialistes de l'activité afin de rendre l'entreprise pérenne.

La justice et nos politiques ont un rôle phare à jouer en ce sens : se servir sur la bête, ça s'appelle de l'abus de bien social. Il faut donc savoir condamner juridiquement et lourdement ce genre de pratiques afin de les éliminer car elles sont néfastes pour tout le monde, y compris pour les actionnaires qui n'auront plus rien une fois qu'ils se seront sucrés...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 10 Avril 2015

********************

Et, à la fin, c'est le salarié qui trinque

Oui, il arrive que la finance tue des emplois. L'appât du " toujours plus de gains " pour les capitaux investis a amené des entreprises à la faillite. Le cas des leveraged buy-out (LBO) est emblématique de ces dérives. Non que ce type d'opération financière d'acquisition d'entreprise financée par de la dette soit mauvais par essence ; la finance, permet aussi, grâce à la dette, d'obtenir les moyens d'investir et de développer les sociétés – certains LBO ont ainsi permis de belles aventures d'entreprise.

Le groupe Vivarte, qui possède les enseignes La Halle aux vêtements, La Halle aux chaussures, André, Kookaï ou Naf Naf, est au contraire l'exemple des dégâts que peut provoquer une finance à la gourmandise débridée. La facture aujourd'hui présentée aux salariés est plus qu'amère. Vivarte a annoncé, mardi 7 avril, un plan de 1 600 suppressions de postes, soit un salarié sur dix en France. Il est particulièrement douloureux à La Halle aux vêtements et à La Halle aux chaussures, où se concentre l'essentiel des réductions d'effectifs.

S'ajoute au drame social l'indécence de personnes qui vivent dans un autre monde. Le Parisien a révélé, jeudi 9 avril, que Marc Lelandais, le PDG du groupe remercié en octobre 2014, serait parti avec un chèque de 3,08 millions d'euros. L'ancien patron de Lancel, société où il n'avait manifestement pas fait d'étincelles, sera resté seulement deux ans en poste chez Vivarte. Il a démenti fermement le chiffre du Parisien, dénonçant un " document erroné ".

On peut certainement ergoter sur les chiffres, mais la réalité ne devrait guère être éloignée de cette somme puisque, selon nos informations, la transaction négociée par les avocats de M. Lelandais comprenait, outre deux années de salaire, un bonus pour avoir bouclé la restructuration financière. Vivarte croulait sous 2,8 milliards d'euros de dette. C'est le fonds britannique Charterhouse qui faisait supporter par la " bête " la dette qu'il avait lui-même contractée pour la racheter. Il a fallu desserrer le nœud coulant. M. Lelandais y est parvenu. C'est à mettre à son actif.

Jetons de présence

C'est ainsi que les quatre fonds spécialisés dans le rachat de dettes décotées – Alcentra, Babson, GoldenTree et Oaktree – sont devenus actionnaires. Leurs représentants au conseil d'administration touchent chacun 250 000 euros de jetons de présence, au-dessus de la moyenne pratiquée dans le CAC 40. Ils se croient sans doute au " board " de Goldman Sachs à New York !

On pourrait continuer la litanie des financiers qui se sont littéralement enrichis sur le dos de Vivarte, dont le fonds Atticus avait pris le contrôle en 2000 avant de le céder au fonds PAI en 2004, puis à Charterhouse… A la fin, il ne reste plus grand-chose pour indemniser les salariés qui, pour nombre d'entre eux, se sont montrés plus fidèles à l'entreprise que ses propriétaires successifs.

Jean-Baptiste Jacquin

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 3 Août 2015

Quand la triche s'invite en sciences

Ces dérives sur les publications scientifiques ne sont pas tolérables car ils engendrent des fraudes. A force de vouloir publier à tout prix pour pouvoir avoir des moyens à tout prix, on en vient à publier tout et n'importe quoi et surtout des études qui révèlent plus la conviction des auteurs que la vérité scientifique.

Il faut donc changer de paradigme et cesser de pousser les chercheurs à publier à tout va afin d'éviter une fuite en avant où les publications sont, pour le mieux erronées, pour le pire, mensongères.

La publication scientifique ne doit pas servir qu'à relater des réussites, mais pourrait servir à informer sur les travaux en cours en posant des questions : les publications scientifiques seraient-elles moins légitimes si elles résumaient des recherches n'ayant mené nulle part ? Publier pour dire que l'on a fait une erreur en s'engageant dans une voie, n'est pas nécessairement un mal : parfois, on apprend plus de ses erreurs que de ses succès !

Si on passe 8 mois à chercher une solution à une problématique et qu'elle mène à une impasse, cette expérience n'a-t-elle pas droit à publication ? Relater une expérience négative peut inciter d'autres équipes à ne pas reproduire les mêmes erreurs et peut les engager à suivre une autre voie : c'est ça la science ! C'est la recherche de la vérité qui doit se faire dans une collaboration perpétuelle pour le bien être général de l'humanité et de tous les chercheurs !

Ainsi, récompenser ceux qui ont réussi par le Nobel est, pour moi, une erreur : ceux qui ont fermé les mauvaises portes n'ont-ils pas droit à la même lumière que ceux qui ont eu la chance d'ouvrir la bonne ? En effet, la bonne porte n'a pu être ouverte que parce que d'autres ont été capables de fermer les autres !

A méditer pour éviter de futures pareilles déconvenues...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 10 Avril 2015

******************

Une star de la biologie accusée de tricherie
Le chercheur français Olivier Voinnet, qui fait l'objet d'une enquête du CNRS, a demandé le retrait d'un de ses articles jugé frauduleux par une biologiste américaine

Vicki Vance ne sait pas très bien si elle a raison de parler aujourd'hui, et si elle a eu tort de se taire il y a douze ans. Mais après des années de silence, cette biologiste de l'université de Caroline du Sud a estimé qu'" il était de - son - devoir de témoigner ".

Alors que depuis plusieurs mois plus d'une trentaine d'articles scientifiques du Français Olivier Voinnet sont décortiqués pour savoir s'ils contiennent ou non des images manipulées, elle est sortie de l'anonymat, le 1er avril. Pour exposer ce qu'elle sait d'un article en particulier, publié dans la revue Plant Cell en 2004. Et ce qu'elle en dit est dévastateur pour le biologiste français, qu'elle accuse d'avoir menti sur ses données.

Ses déclarations ont d'abord été postées sur PubPeer, un site qui s'est spécialisé dans le " contrôle qualité " académique, en permettant de soulever de façon anonyme des questions sur des articles scientifiques – pas moins de 37 de ceux produits par M. Voinnet sur une période de plus de quinze ans sont actuellement dans ses filets. Mais Vicki Vance a rompu cet anonymat. Et elle a réitéré ses accusations lors d'un entretien qu'elle nous a accordé.

Il ne nous a pas été possible de recueillir la version d'Olivier Voinnet, qui nous a renvoyés à sa tutelle actuelle, l'Ecole polytechnique fédérale (ETH) de Zurich, laquelle reste muette en raison des investigations en cours dans de nombreuses revues et au sein des organismes dans lesquels il a travaillé – le CNRS indiquant qu'elles " risquent d'être longues ". Difficile aussi d'obtenir les témoignages de tiers, à la suite de consignes de silence passées par les tutelles, et du fait que les observateurs les plus avisés ont cosigné avec Olivier Voinnet ou font justement partie des commissions d'enquête.

Une première étape est en marche : Plant Cell a indiqué, mardi 7 avril, qu'Olivier Voinnet avaitdemandé fin mars la rétractation de l'article de 2004, et que cette procédure, qui aboutit à déclarer qu'un résultat scientifique est nul et non avenu, était en cours.

Cette annonce fragilise le Français de 43 ans, détaché du CNRS depuis 2010 à l'ETH, où il dirige une équipe de presque trente chercheurs et étudiants. Multiprimé, c'est une star dans son domaine, l'interférence à ARN. Il s'agit d'un mécanisme de défense immunitaire présent chez les végétaux, qu'il a contribué à décrire, et qui peut être mis à profit en biologie et en médecine pour inactiver certains processus moléculaires.

" Mensonge délibéré "

Vicki Vance également est une référence dans la discipline. Au début des années 2000, elle aussi participe à la révolution de l'interférence à ARN. Elle croise Olivier Voinnet, alors étudiant en thèse au sein du laboratoire de David Baulcombe, en Grande-Bretagne, au gré des conférences internationales. Celui-ci, bientôt embauché au CNRS à Strasbourg, y crée sa propre équipe. C'est à ce moment, fin 2003, que débute " une expérience plutôt intense " dans sa vie de chercheuse. Elle découvre, dit-elle, la vraie nature du personnage, au fil d'une série improbable de hasards éditoriaux qui feront d'elle par trois fois le témoin impuissant de ses mensonges présumés.

Un manuscrit d'Olivier Voinnet lui est d'abord transmis par la revue Genes and Development, pour relecture anonyme – selon la procédure de " revue par les pairs " en vigueur dans les journaux scientifiques. " Il y avait plusieurs problèmes dans cet article, dont l'un concernait une donnée de contrôle dans une des figures ", explique la chercheuse. En résumé, l'élément de comparaison avec les lignées végétales présentées n'était pas correct. " Je l'ai indiqué dans mon rapport, l'article a été rejeté. "

Moins d'un mois plus tard, elle reçoit pour relecture le même article légèrement remanié, soumis cette fois à EMBO Journal. " La figure de contrôle y apparaissait toujours, mais avec une légende différente de celle du premier article : c'était donc un mensonge délibéré ! s'étrangle-t-elle. Je l'ai indiqué aux éditeurs du journal, qui ont rejeté l'article, mais aussi dans mon rapport aux auteurs, pour qu'ils sachent qu'ils avaient été pris sur le fait et ne recommencent pas. "

Peine perdue : peu de temps après, c'est la revue Plant Cell qui lui soumet une nouvelle version de l'article, avec la figure originelle. Mais avec de surcroît l'irruption de nombreuses lignées qu'aucun autre laboratoire – dont le sien – n'était encore parvenu à obtenir. " Dans mon rapport à Plant Cell, j'ai indiqué très clairement qu'Olivier Voinnet mentait, en expliquant les circonstances, indique la chercheuse. Mais l'éditeur n'a pas cherché à me contacter. " En mai 2004, l'article paraît, quelque peu remanié seulement. Dans un communiqué du 6 avril, la revue Plant Cell explique que " l'auteur a envoyé une réponse détaillée qui, à l'époque, a satisfait les responsables éditoriaux ".

" Depuis ce jour, j'ai cessé de croire en ce que publie Olivier Voinnet, indique Vicki Vance. Il est impossible de savoir si ce qu'il prétend est vrai ou non. Je suis furieuse, mais pas seulement contre lui. Il n'est pas le seul responsable : le fait que Plant Cell ait accepté cet article, sans aucune conséquence pour lui, l'a encouragé à continuer. " Elle assiste ensuite à la montée en puissance du jeune Français. Mais aujourd'hui, pour elle, la messe est dite : " Il n'y a pas de place dans la science pour quelqu'un qui ment à propos de la science. "

" Publish or perish "

Les résultats d'Olivier Voinnet et ses cosignataires sont-ils entièrement douteux ? La majorité des articles qu'il a cosignés ne sont pas concernés par les enquêtes en cours. Comme le rappelle la direction du CNRS, ses expériences ont été refaites à de nombreuses reprises par d'autres équipes – ces " réplications " étant une des conditions de validation des connaissances scientifiques.

Mais certains résultats, également soumis à la critique sur PubPeer, ne semblent pas remplir ce critère. Anne Simon, de l'université du Maryland, raconte ainsi sa mésaventure : " J'ai dépensé beaucoup de temps et d'argent à tenter de reproduire des résultats publiés dans Science en 2006 par l'équipe de Voinnet ", témoigne cette chercheuse, qui a fini par publier des résultats infirmant ceux du Français, dans la revue Virology en 2008. Elle n'a " aucun moyen de savoir " si les données étaient frauduleuses. Mais constate : " Olivier Voinnet a ignoré notre publication et reste sur ses positions ".

La nouvelle rédactrice en chef de Plant Cell, Sabeeha Merchant, indique qu'Olivier Voinnet devrait motiver sa demande de rétractation, et qu'un article de 1998 est aussi en cours de révision. Elle campe sur les règles internes de la revue et se refuse à rendre public le rapport critique de Vicki Vance de fin 2003, qui prouverait la bonne foi de la chercheuse. Celle-ci, qui souhaitait que Plant Cell s'explique sur ses propres manquements, a finalement mis en ligne son rapport mardi 7 avril, ravageur. " Plant Cell ne présentait pas une image conforme du processus de relecture tel qu'il s'était déroulé ", regrette-t-elle.

Pourquoi Olivier Voinnet a-t-il manipulé ces données ? Le tout jeune chef d'équipe a-t-il succombé à la pression du " publish or perish " (" publier ou mourir "), dans un système scientifique où la carrière se joue au nombre de publications dans les grandes revues, mais pas à la réplication des résultats des concurrents ? Son statut de " golden boy " impuni a-t-il altéré son jugement ? A-t-il pensé que ses intuitions étaient les bonnes, et que les détails de l'expérimentation pour les confirmer n'étaient qu'une perte de temps ?

" En science, nous avons tous des intuitions. Mais l'expérience est précisément là pour les tester, rappelle Vicki Vance. Et quand elle les invalide, cela peut ouvrir sur d'autres questions, encore plus riches. " Voilà peut-être pourquoi, en défense d'un domaine scientifique fascinant, dont on peine à mesurer à quel point il est atteint par ces manquements à l'intégrité scientifique, elle s'est aujourd'hui décidée à parler publiquement.

David Larousserie, et Hervé Morin

profils

Olivier Voinnet

Ce biologiste français de 43 ans est très réputé, avec une centaine d'articles publiés dans de grandes revues scientifiques. Ingénieur agronome, il soutient sa thèse en Grande-Bretagne en 2001, entre dans la foulée au CNRS et crée son équipe de recherche à Strasbourg. En 2010, il est détaché à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Il a reçu de nombreux prix, bourses et distinctions.

Vicki Vance

L'Américaine Vicki Vance, pionnière de la recherche sur l'interférence ARN, a eu une carrière moins fulgurante : bactériologiste au début des années 1970 dans un organisme de contrôle des produits laitiers, puis virologue dans un hôpital municipal de Chicago, elle soutient sa thèse de biologie végétale en 1983 pour effectuer toute sa carrière à l'université de Caroline du Sud, où elle est professeure.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 31 Juillet 2015

Quand la Ministre préfère le populisme à la défense de l'intégrité humaine

N'est-il pas honteux qu'un ministre préfère le populisme à l'intégrité physique de ses concitoyens ?

Quand cette ministre dit : " Empêcher quelqu'un de prendre sa voiture, c'est une mesure privative de liberté (…). Personne ne peut ni imposer, ni vociférer, ni exiger ", n'oublie-t-elle pas, comme il est dit dans l'article, que le droit de respirer est un droit encore plus fondamental ?

Mme Ségolène Royal prouve et démontre sa plus parfaite incompétence, par ses propos, non seulement dans les affaires écologiques, mais aussi démocratiques.

Les droits et devoirs doivent être et rester hiérarchiques : une mesure restrictive de liberté en matière d'automobile ne peut être comparée à une mesure en matière de santé. Le droit à respirer et vivre dans un environnement sain doit donc primer en tous temps et tous lieux.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 10 Avril 2015

******************

Pollution : nouvel affrontement entre Ségolène Royal et Anne Hidalgo
La ministre de l'écologie refuse des mesures de restriction du trafic

Nouveau pic de pollution, nouvelle polémique. Alors que Airparif, l'observatoire de la qualité de l'air en Ile-de-France, prévoyait jeudi 9 avril une deuxième journée de dépassement du " seuil d'information ", le conflit entre -Ségolène Royal et les élus locaux sur l'application de mesures de -restriction de la circulation continue.

Comme lors du précédent épisode de pollution, en mars, la ministre de l'écologie refuse toute précipitation pour mettre en place la circulation alternée. " Empêcher quelqu'un de prendre sa voiture, c'est une mesure privative de liberté (…). Personne ne peut ni imposer, ni vociférer, ni exiger ", a t-elle prévenu mercredi matin sur France Inter.

" Spéculer sur la santé des gens "

" La circulation alternée, ce n'est pas rien : cela se prépare et se maîtrise. Cela ne se fait pas par des déclarations sur la place publique exigeant telle ou telle décision ", se justifie-t-elle encore dans Le Parisien jeudi, tout en affirmant n'avoir " pas de réticences " à une telle mesure " si c'est justifié et bien préparé ".

Dès mardi, " dans la perspective d'un risque avéré de persistance de l'épisode de pollution cette semaine, et au regard des incompréhensions apparues dans la gestion du précédent épisode de pollution ", la maire de Paris, Anne Hidalgo, et le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon (tous deux socialistes), avaient pressé l'Etat de " planifier des mesures à prendre pour faire diminuer les niveaux de pollution ".

Si les élus ont obtenu de la ministre qu'une réunion de crise – avec les collectivités locales – se tienne dès mercredi, premier jour du pic, la décision prise par le préfet de police d'abaisser jeudi de 20 km/h la vitesse maximale autorisée sur les routes franciliennes est jugée insuffisante. " Pour permettre une baisse significative du niveau de pollution, cette mesure doit s'accompagner de restrictions de circulation pour les véhicules les plus polluants ", estiment Anne Hidalgo et Jean-Paul Huchon, qui souhaitaient que soit aussi mis en place le " contournement de l'Ile-de-France par les poids lourds de transit ". Leur demande n'a pas été entendue.

" Je ne pense pas que la ministre puisse imaginer que nous fassions de la gesticulation ou des vociférations. On ne peut pas spéculer sur la santé des gens, et c'est de la responsabilité de l'Etat. C'est une question éminemment étatique ", estime Jean-Paul Huchon, soulignant que le dernier pic de mars n'avait pas été " géré de manière irréprochable ". ll avait fallu attendre sept jours consécutifs de pollution de l'air en Ile-de-France pour que le gouvernement accepte de mettre en place la circulation alternée.
Particules cancérigènes

" L'Etat associe la circulation alternée à une mesure de restriction de liberté. Mais c'est la pollution qui est punitive avec l'impact qu'elle a sur la santé des gens ", relève Adrien Brunetti de l'ONG France nature environnement, rappelant que les particules fines ont été classées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme cancérigènes certains.

Face à l'attentisme du gouvernement, le chef de fil des écologistes au Sénat, Jean-Vincent Placé, demande que le pouvoir de décision soit confié à la région et que la circulation alternée soit automatique dès le seuil d'information atteint.

Anne Hidalgo – pour qui le bon niveau décisionnel est celui de la métropole – avait déjà écrit au premier ministre Manuel Valls, lors de l'épisode de pollution de mars, pour lui demander l'automaticité de cette mesure et son application préventive. En vain.

Laetitia Van Eeckhout

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 29 Juillet 2015

La France est toujours au bord du précipice budgétaire

Voici un bel article qui remet bien les pendules à l'heure.

La France n'est pas bien meilleure que la Grèce. Elle la talonne, et de près !

Il est temps de réagir et de travailler pour faire changer cette situation qui empire année après année.

Il faut donc réformer, et de manière forte et massive ! Etendre le nombre de dimanches travailler, favoriser le transport par car, ne suffira pas. On ne peut pas se contenter de mesurettes, il faut changer de paradigme et engager une véritable révolution afin de redonner à notre économie une vivacité nouvelle seule à même de sortir notre pays de l'ornière !

Un article du journal 'Le Monde' daté du 9 Avril 2015

***********************

La France, une Grèce qui s'ignore

La richesse par habitant ne croît pas, elle recule : de 0,1 % en 2012, de 0,2 % en 2013 et de 0,1 % en 2014, si l'on en croit par ailleurs Eurostat. Trois ans de récession par habitant. " Le problème fondamental de la France est l'absence de croissance économique ", résume l'OCDE. L'avantage de tels rapports, c'est qu'ils permettent d'établir des séries longues, de sortir des querelles d'héritages droite-gauche et de s'extirper du " on-fait-dire-aux-statistiques-ce-que-l'on-veut ", gri-gri bien commode pour nier une réalité dérangeante.

Tentons donc d'identifier ce qui s'est passé. En 1989, avec la chute du mur de Berlin, Milton Friedman et l'école de Chicago se frottèrent les mains, ravis d'avoir gagné la guerre froide contre le communisme. Un quart de siècle plus tard, à écouter les frondeurs, la France donne le sentiment d'avoir été battue par les vents libéraux.Ultras, forcément ultras. Trop de rigueur, pas assez de keynésianisme. Or il n'en est rien. La France devient, année après année, plus socialiste que jamais.

Inlassablement, le taux des dépenses publiques augmente en France : il est de 57,3 % du PIB, record mondial derrière la Finlande. Dix points de plus que l'Allemagne. La France est aussi championne des impôts, juste derrière le Danemark et devant la Belgique. Cette envolée des dépenses et des impôts s'explique par la progression de l'Etat social, auquel la France consacre 32 % de son PIB. Ce chiffre n'était que de 25,2 % en 1990. " Les dépenses sociales apparaissent parmi les plus importantes de l'OCDE, surtout pour les soins de santé et la vieillesse ", estime l'organisation. Les réformes des retraites n'ont jamais mis à contribution les retraités, dont le niveau de vie est proche de celui des actifs, et les Français sont ceux qui ont la plus longue retraite : vingt-cinq ans, quatre ans de plus que la plupart des pays de l'UE. Les dépenses de santé sont parmi les plus élevées. " La qualité des soins offerts est reconnue, mais leurs coûts semblent disproportionnés et les dépenses publiques pourraient être diminuées significativement sans compromettre la qualité et l'égalité d'accès aux soins. " L'OCDE déplore aussi que " les transferts sociaux, s'ils contribuent à réduire les inégalités, restent peu ciblés ".
Aux marges de la zone euro

Concrètement, la France étouffe sous l'impôt et la dépense publique. Il faudra opérer une réduction dont Valls-Hollande n'osent pas parler pour l'instant. L'OCDE le dit en termes plus alambiqués : " La baisse prévue du ratio de dépenses, qui devra être significative, est une condition sine qua non pour pouvoir engager à moyen terme une réduction des prélèvements obligatoires les plus distortifs, ce qui permettra d'améliorer la croissance tendancielle. " L'OCDE cite en exemple la Suède, le Canada, Israël et l'Espagne, qui ont réussi à diminuer de 10 points de PIB leurs dépenses publiques. Et cruelle conclusion : " Même si la France en faisait autant, son ratio de dépenses serait toujours au-dessus de la moyenne de l'OCDE. " Et qu'on n'invoque pas, pour justifier la dérive des dépenses, les nécessaires investissements – ils sont stables à 4 % du PIB depuis quinze ans – ni les intérêts sur la dette – ils se sont réduits de 2,8 % en l'an 2000 à 2,1 % du PIB grâce à l'effondrement des taux.

La France continue d'avoir le droit du travail parmi les plus protecteurs : " La réforme du marché du travail français est une condition fondamentale à toute stratégie de croissance et de bien-être ", assène l'OCDE. Poliment, elle salue les réformes Sapin, avant de dire une vérité toute crue : " L'impact de ces réformes demeure à ce stade limité. " Peu d'employeurs ont fait usage de la nouvelle loi, les salariés peuvent la refuser et la jurisprudence n'est " pas complètement établie ", " ce qui crée une incertitude pour les employeurs ".

C'est au fond le ton du rapport de l'OCDE, qui aimerait tant que la France soit sur le droit chemin. La direction est bonne, le ton juste depuis que Valls-Macron ont mis fin aux erreurs du début de mandat de François Hollande. Et les économistes du Château de la Muette donnent toute une série de recommandations : " Leur impact total serait de l'ordre de 0,3 % - 0,4 % de croissance supplémentaire par an sur un horizon de cinq à dix ans. " La question est de savoir si le gouvernement accomplit 1 %, 10 % ou un tiers du chemin nécessaire.

L'affaire est décisive. Car, à regarder les graphiques de l'OCDE, la France se situe dangereusement aux marges de la zone euro. Elle court le risque de devenir une grande Grèce, à force de trop diverger avec l'Allemagne et les économies du Nord. Que les taux d'intérêt retrouvent un niveau normal, et le poids de la dette, qui approche les 100 % du PIB, sera insupportable. Surtout lorsqu'on partage la même monnaie qu'une Allemagne en voie de désendettement.

par Arnaud Leparmentier

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 28 Juillet 2015

Ces pratiques concurrentielles doivent cesser !

Tous les services de renseignements sont au service du citoyen ! A ce titre, la concurrence entre ces services ne doit pas avoir lieu ! Il faut travailler de concert et non pas l'un contre l'autre !

Il est quand même fâcheux et idiot que certains services se croient dans une cour d'école à chercher à tirer la couverture à soi et à faire plaisir 'à la maîtresse' !

'La maîtresse', c'est l'intérêt général et non pas le politicien ou le préfet !

La France n'a pas d'énergie à dépenser pour gérer les affaires d'égo à la place de gérer d'autres problématiques.

Je pense donc que le renseignement aurait tout intérêt à être regroupé dans une même entité avec un responsable unique. Quitte à créer des services opérationnels qui réfèrent aussitôt que possible à une même hiérarchie, histoire de limiter les problèmes d'égo et de concurrence malsaine.

Car, de la même manière que le mille-feuille administratif entraîne une gabegie entre état et collectivités locales, le mille-feuille des services entraîne aussi une même gabegie.

Il faut y mettre fin.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 9 Avril 2015

**********************

Les rivalités minent les services de renseignement
Le rapport du syndicat Alliance, qui a interrogé les policiers de terrain, s'inquiète du manque de coordination

Le syndicat Alliance, majoritaire chez les gardiens de la paix et marqué à droite, dresse sur le terrain un état des lieux accablant quant aux moyens et aux rivalités des services de renseignement. Les différents services, sclérosés par les guerres de clocher, sont contraints de travailler avec des moyens qui confinent à l'amateurisme et avec un manque de coordination qui ne s'est en rien réduit au fil des différentes réformes.

Production syndicale, le rapport est certes discutable, mais a le mérite de faire remonter le témoignage des agents sur terrain que l'on entend guère derrière le discours officiel.

Il illustre en creux l'extrême précarité des conditions de travail des policiers. Ainsi leurs demandes témoignent d'une perte cruelle de savoir-faire. Ils réclament des cours universitaires " sur l'islam, l'extrême droite, l'extrême gauche, les autonomes ", ou des formations professionnelles " en filature ", " en gestion des sources ", " en recueil du renseignement " : on est très loin de l'image de services à la pointe du renseignement. Des agents disent avoir besoin de perruquiers pour les filatures ; un major a recensé trois voitures pour seize fonctionnaires de son service ; un policier du Mans a sorti de sa poche 800 euros en quatre ans pour payer des cafés à ses sources.

Depuis 2008, le renseignement intérieur français est divisé en plusieurs entités, issues de la DST, la Direction de la surveillance du territoire, et de l'éclatement des RG, les renseignements généraux. La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) lutte contre l'espionnage en France, la répression des actes terroristes ou portant atteinte à l'autorité de l'Etat, la surveillance des individus et groupes radicaux.

Le service central du renseignement territorial (RT) se charge du renseignement " en milieu ouvert ", mouvements sociaux, violences urbaines mais également la lutte contre les mouvements sectaires et l'économie souterraine. Un schéma compliqué par la concurrence des gendarmes qui ont développé leur propre sous-direction de l'anticipation opérationnelle ainsi que par l'exception parisienne où la préfecture de police a conservé son propre service, la direction du renseignement (DRPP).

Sept ans après, " la volonté d'une plus grande lisibilité du renseignement sur le territoire français est à l'évidence un flop ", constate le rapport Alliance. Ce n'est pas le moindre des paradoxes que de voir ce syndicat, ancré à droite, critiquer une réforme portée à l'époque par Nicolas Sarkozy.
" Dysfonctionnements "

" La réforme était utile, pondère Jean-Claude Delage, le secrétaire général. Mais un temps considérable a été perdu. Aujourd'hui, il y a une tentation de donner plus de moyens, une parole gouvernementale qui vise à améliorer les choses. Mais la réalité, c'est que les dysfonctionnements demeurent. Les agents qui ne sont pas à la DGSI se sentent déconsidérés, ceux qui y sont, à force d'être critiqués, se sentent mal aimés. "

Résultat : la guerre des services fait rage. " Force est de constater que la communication entre services est extrêmement tendue et difficile ", assure d'emblée le rapport. C'est le moins qu'on puisse dire. Les agents du RT critiquent leurs homologues de la DGSI au sein des bureaux de liaison, créés au lendemain de l'affaire Merah afin de fluidifier les échanges d'information. La DGSI y préempte les dossiers les plus sensibles présentés par les RT, ce qui est normal. Mais ils tiquent quand la DGSI, après examen, estime que finalement le dossier n'est pas assez intéressant et le redonne aux collègues " sans nous signifier pourquoi ni ce qui a été fait ", se plaignent les agents du renseignement territorial.

Les agents de la DGSI critiquent, eux, leurs petits camarades de la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la police judiciaire et de la brigade criminelle avec lesquels ils sont supposés mener les enquêtes judiciaires en matière de terrorisme. À en croire la DGSI, les deux services feraient de la " rétention d'informations " qui relèverait " soit de la négligence, soit de la volonté d'être celui qui solutionnera l'affaire ". Les enquêteurs de la SDAT accusent, eux, " la DGSI, les douanes, la gendarmerie, etc. " de faire " leur cuisine chacun de son côté " pour s'attribuer " tous les lauriers "…

Les gendarmes, aux " méthodes intrusives au sein du renseignement ", font l'unanimité contre eux de l'ensemble des services de police. Un agent des RT dans l'ouest de la France raconte comment, selon lui, les militaires copient-collent " sans vergogne " les notes de son service " en changeant le tampon, j'ai la preuve ", avant de les produire au préfet. Les policiers dénoncent " la surenchère " des gendarmes qui ont " instauré une course aux résultats " et produisent " des notes contenant des informations brutes non vérifiées ".

Une vision qui n'est évidemment pas partagée par la hiérarchie policière. Dans un dossier très complet consacré à la lutte contre le terrorisme, le numéro de janvier du magazine La tribune du commissaire publie les contributions des chefs des services de renseignement. Une tribune " fournie par la DGSI " assure que l'action de la sécurité intérieure " s'inscrit résolument dans le cadre de coopération de plus en plus étroit avec les services nationaux " et vante " un niveau d'échanges qui ne cesse d'ailleurs de croître depuis le début de l'année ". Le chef du service central du renseignement territorial loue, lui, " des échanges de plus en plus fluides, rapides " y compris avec la gendarmerie " avec laquelle des liens étroits et des pratiques solides ont été établis "…

À la tête du syndicat des cadres de la sécurité intérieure (majoritaire chez les officiers), seule organisation à s'être opposée en 2008 à la réforme du renseignement, Jean-Marc Bailleul s'accorde pour une fois avec Alliance : " On multiplie des cellules de coordination afin de faciliter le partage de l'information, c'est bien la preuve qu'il existe une concurrence entre les services et qu'elle est néfaste à la collecte du renseignement. Quant aux moyens alloués, les policiers se forment sur le tas, payent de leurs poches… "

Céline Berthon, secrétaire générale du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN), relève que dans les services de renseignement " si exigeants en temps et en hommes, désormais les nouveaux n'ont pas toujours suivi de formation avant de prendre leurs postes " et voit dans les conditions de mise en œuvre de la réforme de 2008 " le péché originel ", ayant entraîné " un passif extrêmement lourd " entre les services.

Sur l'affaire Merah, l'Inspection générale de la police nationale constatait le 23 octobre 2012 que " des marges de progression importantes existent en termes de confiance et de fluidité des échanges entre le renseignement intérieur et les autres services de police ou de gendarmerie ". Deux ans plus tard, rien n'a changé.

Matthieu Suc

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 27 Juillet 2015

Une bonne solution de transport sur Paris

On peut se féliciter de ces mesures parisiennes ! En effet, non seulement on développe de nouvelles pistes, mais on met en place des aménagements sécuritaires indispensables aux cyclistes.

On insiste sur l'aspect contre-intuitif de certains aménagements, mais néanmoins bien réels !

En effet, on permet, dans certains cas, aux vélos de prendre les sens interdits et griller les feux rouges. En aucun cas c'est un passe-droit. Le vélo est différent de la voiture car il va moins vite et est moins visible. Ces différences doivent donc être prises en compte dans les conditions de transport des cyclistes lorsque ceux-ci utilisent les mêmes voies que l'automobile.

Le but du jeu du cycliste est de mettre le plus d'espace entre lui et la voiture afin qu'il soit vu de face et que les montants de l'habitacle de l'automobile ne gênent en rien la visibilité du cycliste. D'où ces artefacts permettant à l'automobiliste de voir le cycliste et que la sécurité de ce dernier soit assurée...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 8 Avril 2015

*******************

Un plan pour faire de Paris la capitale du vélo
La Mairie investit 150 millions d'euros pour tripler le nombre de trajets à bicyclette d'ici à 2020

Dès que le printemps revient, les cyclistes envahissent ses rues et ses places. Paris serait-elle en train de se transformer en " capitale du vélo " ? Sa maire, Anne Hidalgo, souhaite en tout cas conforter la tendance. Un " plan vélo ", rendu public le 3 avril, fixe l'objectif de multiplier par trois le nombre de trajets effectués à bicyclette d'ici à 2020, la part des déplacements à vélo devant passer de 5 % à 15 % du total des trajets effectués.

Les récents épisodes de pollution et l'approche de la conférence mondiale sur le climat, qui se déroulera en décembre au Bourget, ont convaincu Mme Hidalgo de développer les modes alternatifs à la voiture individuelle. Le plan, qui doit être débattu au Conseil de Paris le 13 avril, est doté d'un budget de 150 millions d'euros sur cinq ans. Cela équivaut au budget consacré par Amsterdam à la bicyclette (20 millions d'euros par an) mais reste inférieur à celui de Londres (1,2 milliard d'euros d'ici à 2016).

Les mesures semblent toutefois plus ambitieuses que celles contenues dans les " plans vélo " précédents, portés successivement par Jacques Chirac (1982), Jean Tiberi (1996) et Bertrand Delanoë (2002 puis 2010). La longueur cumulée des pistes cyclables devrait passer de 700 kilomètres aujourd'hui à 1 400 à la fin du mandat en cours. Surtout, un réseau express de voies entièrement dédiées aux vélos va voir le jour, constitué de pistes bidirectionnelles Nord-Sud, Est-Ouest et le long de la Seine. De nombreuses pistes locales mailleront la capitale.

Généralisation des " zones 30 "

La matérialisation de ces itinéraires amènera parfois, comme boulevard Sébastopol ou rue de Rivoli, à la suppression d'une voie aujourd'hui dévolue à la circulation des voitures et des deux-roues motorisés. " On prend de l'espace à la voiture pour le donner au vélo ", admet Christophe Najdovski, adjoint (EELV) chargé des transports.

Un " plan vélo " ne se mesure toutefois pas seulement au kilométrage de pistes cyclables. La Ville va généraliser les " zones 30 " dans l'ensemble des quartiers. " Seulement 10 % de la voirie, correspondant aux grands axes, sera encore limitée à 50 km/h ", affirme M. Najdovski. Les quartiers seront dotés de cédez-le-passage cyclistes et de double-sens cyclables qui permettent aux vélos de passer au feu rouge et de remonter un sens interdit. Ces aménagements génèrent, contrairement aux idées reçues, davantage de sécurité pour l'ensemble des usagers, même si les automobilistes peuvent ressentir une certaine gêne.

Contrairement aux années précédentes, Paris ne mise plus seulement sur le Vélib'. Pour inciter les Parisiens à utiliser leur propre bicyclette, la Ville consacrera 7 millions d'euros à la création de 10 000 places de stationnement. Pour prévenir les vols, des " vélostations ", cages grillagées et sécurisées, seront installées, notamment aux abords des gares de Lyon et de Montparnasse. On pourra y laisser son vélo, jour et nuit, pour environ 5 euros par mois.

M. Najdovski espère par ailleurs convaincre les forces de l'ordre de verbaliser les véhicules motorisés garés sur les aménagements cyclables ou ne respectant pas les " sas ", ces espaces matérialisés juste derrière les feux rouges. " J'ai entamé des discussions avec la Préfecture de police ", assure-t-il.

Les mesures sont accueillies avec un enthousiasme modéré par les associations de cyclistes. Abel Guggenheim, militant à Mieux se déplacer à bicyclette, juge le plan " bien meilleur qu'annoncé dans un premier temps ". En revanche, il ne comprend pas le recours à la " démocratie participative " dont se targue la municipalité qui avait lancé à l'automne 2014 une grande consultation des Parisiens. Selon lui, rien ne sert de demander son avis à la population, dans la mesure où " la plupart des aménagements cyclables sont contre-intuitifs ". " Par exemple, les cyclistes disent ne pas apprécier les couloirs de bus partagés, pourtant très utilisés et sans danger ", relève le militant.

Sur la scène politique parisienne, le " plan vélo " fait pour l'heure l'objet d'un relatif consensus. Edith Gallois et Yann Wehrling, du groupe UDI-Modem au Conseil de Paris, assurent qu'ils le voteront, tout comme Philippe Goujon, maire (UMP) du 15e arrondissement.

Olivier Razemon

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 24 Juillet 2015

Quand le FN est financé par la Russie

La Démocratie est une chose toute relative en Russie. Comme elle l'est aussi au FN, il n'est donc pas surprenant que FN et Russie se rencontrent et fassent affaire.

Ce qui est amusant c'est de constater que Russie et FN ont la même manière d'agir : de la même façon que la Russie essaie de nous faire croire qu'elle n'agit pas en Ukraine, le FN essaie de nous faire croire qu'il est un parti Démocrate et Républicain alors qu'il n'est qu'un parti raciste et xénophobe.

Ce qui est désespérant c'est qu'il y a des électeurs pour se faire berner par ces beaux discours, en Russie, comme en France...

Un article du journal 'Le Monde' daté du 4 Avril 2015

**********************

Le FN embarrassé par une nouvelle affaire russe
Des SMS piratés d'un cadre du Kremlin concernent Marine Le Pen et le financement de son parti

Le Front national a-t-il été financièrement remercié par le Kremlin pour ses positions pro-russes au moment du référendum de Crimée en mars 2014 ? La divulgation de milliers de SMS émanant d'un cadre de l'administration présidentielle de Vladimir Poutine, révélée par Mediapart jeudi 2 avril, jette un trouble sur les relations entre le parti d'extrême droite et le pouvoir russe.

Piratées par des hackers se réclamant d'" Anonymous International " sur un site russe – bloqué dans le pays par les autorités – 1 187 pages de messages privés ont été rendues publiques mardi 31 mars. La cible : Timur Prokopenko, alors adjoint du chef du département de politique intérieure au sein de l'administration présidentielle de Vladimir Poutine, dont plusieurs dizaines de milliers de textos, de 2011 à 2014, ont été publiés.
Résident fiscal

Noyés dans ce déballage de messages rarissime en Russie, plusieurs concernent la présidente du Front national, Marine Le Pen, via un " contact français " que les pirates identifient comme étant Konstantin Rykov – nommé ici par le diminutif de son prénom en russe, " Kostia ". Ce dernier, élu en 2007 député de la Douma (la chambre basse du parlement) sous l'étiquette du parti au pouvoir Russie Unie, est un fervent partisan du chef de l'Etat dont il a soutenu les campagnes électorales par le biais de plusieurs sites Internet. Selon l'opposant Alexeï Navalny qui avait publié des documents en français à son sujet sur son site de lutte contre la corruption, Konstantin Rykov posséderait une villa à Mougins, dans les Alpes-Martimes, achetée 2 millions d'euros, et serait inscrit comme " résident fiscal " en France.

Les textos publiés sont tous issus du même numéro de téléphone – à l'exception de l'un d'entre eux – dont les deux derniers chiffres sont masqués. Il est donc impossible de savoir s'il s'agit d'un échange (émission-réception), même si cela en a l'apparence, puisque tous ont la même source. Les premiers messages sont datés du mois de mars 2014, alors que l'armée russe, sans insignes, a commencé à intervenir en Crimée. La péninsule ukrainienne sera annexée par la Russie après un référendum organisé le 16 mars, approuvé par 96,77 % des votants, mais non reconnu par la communauté internationale.

Lors de ce scrutin contesté, Aymeric Chauprade,à l'époque conseiller spécial de Marine Le Pen pour les relations internationales, a fait partie des " observateurs occidentaux " invités, la plupart d'entre eux étant issus de partis européens réputés pour leur allégeance à l'extrême droite. M. Chauprade comme Mme Le Pen ont toujours affirmé qu'il s'agissait d'une initiative personnelle, n'engageant pas le FN.

10 mars 2014, 21 h 20 : " Kostia, peux-tu faire venir Marine Le Pen comme observatrice en Crimée ? J'en ai vraiment besoin. J'ai dit au chef que tu es en contact avec elle ??? " 21 h 58 : " Demain, je vais pouvoir me renseigner. "

11 mars, 15 h 17 : " Kostia, réponds. " 15 h 20 : " A propos de Marine, chez eux, il y a la campagne des municipales, elle est en tournée. Aujourd'hui-demain, le Front national prendra officiellement position sur la Crimée. Est-elle prête à venir (ce qui est peu probable) ou quelqu'un de ses adjoints. J'aurai des détails ce soir. "

15 h 22 : " Oh ! C'est super. Peut-être ils la convaincront. "

15 h 22 : " Sur les finances, non. "

15 h 23 : " Merci beaucoup, le MID - ministère des affaires étrangères russe - lui parlera. "

Ici, surgit un autre texto, à la même heure, qui s'insère curieusement : 15 h 23 : " Elle a parlé à Philipou. Il est en train de réfléchir ))) ". Ainsi rédigée, la phrase peut signifier qu'une femme a parlé à " Philippe ", puisque les noms propres se déclinent en russe. C'est aussi le seul message capté depuis un autre numéro, sans que l'on sache s'il a une relation directe avec les autres.

15 h 24 : " L'adjoint du ministre l'appellera - elle, une femme - "

15 h 25 : " Il y a aussi les Danois qui nous soutiennent mais j'ai du mal à les contacter. Je ne connais pas leur langue :( "

Le 17 mars, 15 h 49 : " Marine Le Pen a officiellement reconnu les résultats du référendum en Crimée ! " 15 h 41 : " Elle n'a pas trahi nos attentes ;) " 15 h 57 : " Il faudra d'une manière ou d'une autre remercier les Français. C'est important. " 16 h 09 : " Oui, super ! "

Neuf mois après ces messages, qui n'ont fait l'objet pour l'heure, depuis leur divulgation, d'aucun commentaire de l'intéressé ni même de l'administration présidentielle russe, le FN a bénéficié en novembre 2014 d'un prêt de 9 millions d'euros alloués par la First Czech-Russian Bank. Le 28 novembre, lors du 15e congrès du FN qui a réélu à sa tête Marine Le Pen, le parti progouvernemental Russie Unie était représenté par deux élus, Andreï Issaïev, vice-président de la Douma, et Andreï Klimov, chef adjoint de la commission des affaires internationales du Conseil de la fédération russe (chambre haute du parlement).

Joint par le Monde, Aymeric Chauprade nie tout lien entre son déplacement en Crimée lors du référendum et l'obtention du prêt, son entourage indiquant que ce n'est pas via ses réseaux russes que la First Czech-Russian Bank a été démarchée. M. Chauprade dit avoir seulement " croisé " M. Rykov, le fameux " Kostia ", qui ne serait " pas une connaissance ". L'eurodéputé met par ailleurs en doute " la véracité des SMS ", dont le ton détendu lui " semble curieux ", ainsi que l'usage de smileys.

" Je ne sais absolument pas qui est ce monsieur - Rykov - ", affirme pour sa part Mme Le Pen. Elle déclare encore " n'avoir parlé financement avec qui que ce soit " en Russie et plus particulièrement avec le ministère des affaires étrangères russe. " J'ai la preuve qu'au moment du référendum de Crimée, nous étions en pourparlers pour un financement à Abou Dhabi ", avance Mme Le Pen pour se dédouaner de toute accusation de collusion avec le pouvoir russe.

Régulièrement, Mme Le Pen fait part, au fil d'entretiens, de son " admiration " pour M. Poutine. " Il est attaché à la souveraineté de son peuple. Il a conscience que nous défendons des valeurs communes. Ce sont les valeurs de la civilisation européenne ", expliquait-elle en mai 2014 à un quotidien autrichien. " La France a tout intérêt à se tourner vers l'Europe, la Grande Europe, notamment à travailler à des partenariats avec la Russie pour des raisons évidentes : civilisationnelles, géostratégiques et d'intérêt pour notre indépendance énergétique ", indiquait-elle dès avril 2011 devant la presse étrangère.

Abel Mestre, et Caroline Monnot, (avec Isabelle Mandraud, à Moscou)

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 23 Juillet 2015

Une grande avancée dans le domaine de la santé

C'est une bonne idée et une grande avancée que celle de ces politiques commerciales engagées par certains labos, dans le domaine de la santé. On reconnaît enfin que, même avec la meilleure volonté du monde, les médicaments sortis sur le marché n'apporteront pas tous une avancée majeure.

On partage donc le risque et les labos ne toucheront leurs avoirs que lorsque le médicament aura été considéré comme une avancée, sinon, le labo paiera les pots cassés.

L'éthique et l'intérêt général y gagnent.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 2 Avril 2015

**********************

Les labos se mettent au " satisfait ou remboursé "
Le suisse Roche présente, jeudi, un programme de suivi des patientes atteintes d'un cancer du sein et soignées avec son Herceptin. A terme, il souhaite lier le prix du médicament à son efficacité

Des médicaments " satisfait ou remboursé " ? L'idée peut paraître farfelue, mais elle fait son chemin, alors que le prix des nouvelles molécules s'envole. Le laboratoire suisse Roche, leader dans le domaine du cancer, présente jeudi 2 avril un programme de suivi de patients qui va dans ce sens. Son compatriote Novartis, numéro un mondial du secteur pharmaceutique, assure qu'à l'avenir, les laboratoires seront payés au résultat et non plus au comprimé. Et ce principe s'applique déjà depuis 2014 au Sovaldi, dont le prix – environ 41 000 euros par patient – menaçait les comptes de la Sécurité sociale. Son fabricant Gilead devra rembourser une bonne partie de cette somme en cas d'échec de son traitement contre l'hépatite C.

Ces contrats dits " de performance " sont un outil précieux pour le Comité économique des produits de santé (CEPS), l'instance qui, en France, négocie le prix des médicaments avec les labos. " Ils contribuent à la maîtrise des budgets et sont une alternative au rationnement de l'accès aux traitements onéreux ", souligne Francis Megerlin, professeur d'économie de la santé à l'université Paris-Descartes. Cette approche suppose une évaluation " en vie réelle " de l'efficacité des médicaments, qui peut-être différente de celle observée lors des essais cliniques.
Registre de suivi en temps

Celgene est l'un des premiers à s'être lancé dans l'aventure. Cette biotech américaine commercialise l'Imnovid, un traitement contre des cancers rares du sang. Le CEPS lui a accordé un prix élevé : 8 900 euros par cycle (les patients en enchaînent cinq à six). En contrepartie, en août 2014, le laboratoire s'est engagé à rembourser l'Assurance-maladie en cas d'échec du traitement.

Pour l'apprécier, les deux parties se sont entendues sur des critères. Et sur le terrain, le laboratoire a mis en place un registre qui permet de suivre en temps réel le patient. Au début et à l'arrêt du traitement, ainsi qu'à chaque consultation, le médecin doit renseigner une fiche. Les données sont anonymisées, puis transmises à un prestataire de Celgene qui se charge de leur analyse statistique. Près de 1 000 patients, sur les 2 000 potentiellement concernés, sont déjà inscrits dans ce registre. A la fin de l'année, le nombre de " non-répondeurs " déterminera le montant du chèque à signer par Celgene.

" Le caractère exhaustif de ce registre est unique ", se félicite Franck Auvray, qui dirige la filiale française de Celgene. " Le fait de travailler sur des données en vie réelle facilite le dialogue avec les autorités, et cela nous permet aussi de conforter les données recueillies lors des essais cliniques. " La biotech envisage d'étendre ce dispositif à d'autres molécules de son portefeuille, comme le Revlimid, un anticancéreux vendu entre 155 et 190 euros la gélule selon le dosage.De son côté, Roche s'est engagé à suivre en vie réelle l'ensemble des femmes traitées avec son Herceptin. Cet anticancéreux indiqué dans certains cancers du sein a coûté en 2012 près de 270 millions à l'Assurance-maladie. Le laboratoire espère, dans un premier temps, recueillir les données sur l'utilisation actuelle (en phase pilote) de l'Herceptin (indication, dosage, durée) et, dans un second temps, sur son efficacité. A terme, il espère trouver une formule pour lier le prix de l'Herceptin à ces résultats.

" Le principe du prix au milligramme ne fonctionne plus ", estime Corinne Le Goff, présidente de la filiale française de Roche. " Nos médicaments ont un impact différent selon les cancers et les patients auxquels ils sont prescrits. Le prix doit refléter ces différences de performances ", précise-t-elle, en citant l'exemple de son Avastin, l'anticancéreux le plus vendu en France. Efficace dans le cancer colorectal, il l'est un peu moins dans le cancer du poumon et présente un intérêt mineur dans le cancer du sein. Pourtant, son prix est le même, un peu moins de 1 000 euros la dose !

Ces outils sophistiqués aident aussi les médecins. " Nous sommes très désireux d'avoir des bases de données fiables, exhaustives et prospectives afin d'affiner la prise en charge des patientes ", souligne le docteur Luis Teixeira, qui exerce au Centre des maladies du sein de l'hôpital Saint-Louis, à Paris, où 1 000 femmes sont traitées chaque année. Depuis quelques années, les praticiens utilisent des logiciels pour mieux suivre les malades, mais il n'existe pas encore de registre national recensant tous les patients comme cela existe, par exemple, en Italie.
" Critère simple "

Pour les médicaments plus courants, d'autres options, moins complexes et moins coûteuses, existent. Le belge UCB, qui a accepté de prendre en charge le coût de son Cimzia pour les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde dont l'état ne s'améliorerait pas au bout de trois mois, se fie aux bases de données de l'Assurance-maladie, qui recensent les interruptions de traitement. " Nous avons choisi ce critère simple, car un suivi en vie réelle aurait été trop contraignant pour les médecins, voire dissuasif, alors qu'il existe d'autres options thérapeutiques ", explique Jean-Michel Joubert, directeur des affaires gouvernementales chez UCB.

En 2013 et 2014, le laboratoire a ainsi remboursé à l'Assurance-maladies les sommes déboursées pour le traitement des patients qui n'ont, in fine, pas répondu au Cimzia. Ce montant est confidentiel, " mais il est non négligeable ", selon M. Joubert. En contrepartie, UCB a pu négocier pour son médicament un prix à peine moins élevé que celui obtenu par ses concurrents – 9 900 euros par an – alors qu'il ne s'est pas montré plus efficace et qu'il est arrivé plus tard sur le marché.

La France n'est pas la seule à s'être convertie à ce principe. En Allemagne, Novartis a conclu un accord similaire avec les autorités pour son Aclasta, un traitement contre l'ostéoporose : en cas de fracture chez un patient, le laboratoire rembourse le médicament. Et au Royaume-Uni, Johnson & Johnson a accepté un deal comparable pour son anticancéreux Velcade.

Quand il est trop compliqué d'obtenir un résultat patient par patient, la performance peut être évaluée grâce aux " notes " attribuées par la Haute Autorité de santé (HAS) et, en particulier, celle qui reflète l'apport du médicament par rapport aux thérapies existantes : l'amélioration du service médical rendu (ASMR). Elle s'échelonne de I (progrès majeur) à V (absence de progrès thérapeutique) et conditionne en partie le prix du médicament. En 2013, 90 % des médicaments examinés par la HAS ont obtenu un V et seulement 5 % une ASMR de I, II ou I.

Les laboratoires qui contestent leur note peuvent s'appuyer sur des études en vie réelle pour renégocier avec les autorités. L'un des premiers contrats de ce type a été signé par le CEPS en 2005 avec Johnson & Johnson. La HAS avait accordé un IV à son Risperdal, un traitement contre la schizophrénie. " Nous lui avons accordé le bénéfice du doute et l'avons mis au défi d'obtenir une ASMR III dans un délai de trois ans, faute de quoi le prix du Risperdal serait baissé et la différence remboursée à l'Assurance-maladie ", indique Dominique Giorgi. Johnson & Johnson n'a pas réussi à convaincre la HAS de réviser son jugement malgré des études complémentaires et a dû rétrocéder environ un tiers de son chiffre d'affaires à l'Assurance-maladie.

Tous ces mécanismes reviennent, in fine, à abaisser le coût moyen du médicament. Alors pourquoi ne pas tout simplement négocier avec le CEPS une remise sur le prix initial ? " Le principe du “satisfait ou remboursé” est moins arbitraire : nous sommes payés pour la valeur que nous apportons, estime M. Joubert. Nous espérons aussi que les médecins seront sensibles à cette démarche lorsqu'ils auront le choix entre plusieurs médicaments. " Autre avantage : en continuant à afficher un prix " catalogue " élevé en France, les laboratoires sont en meilleure position pour négocier avec les autorités dans les pays voisins.

" Tous les laboratoires ne sont pas favorables au “satisfait ou remboursé” ", reconnaît M. Giorgi, citant l'exemple d'une biotech s'apprêtant à lancer un médicament destiné à traiter une maladie respiratoire rare. " En échange du prix élevé qu'elle demandait, nous souhaitions qu'elle s'engage sur le maintien d'une certaine capacité respiratoire chez les patients traités, raconte-t-il. Elle a refusé en avançant que ce critère était trop aléatoire. Nous sommes donc revenus à une négociation plus classique. "

Pour réduire la facture de l'Assurance-maladie, le CEPS négocie depuis longtemps des ristournes, principalement liées au volume de prescription. Le comité peut aussi décider de plafonner le chiffre d'affaires d'un laboratoire et le contraindre à rembourser tout ce qu'il a gagné au-delà d'un certain seuil. Ces dispositifs ont été appliqués dès 2014 au Sovaldi et aux autres traitements de l'hépatite C en complément de l'application du principe " satisfait ou remboursé ". Résultat : la facture pour l'Etat est passée de 1,2 milliard à 650 millions d'euros. Il ne reste plus que quelques jours au laboratoire Gilead pour remettre son chèque à l'Assurance-maladie.

Chloé Hecketsweiler

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 22 Juillet 2015

La justice sert-elle toujours la Démocratie ?

La justice n'a pas fait son travail Démocratique dans cette affaire. Il subsiste en effet un doute évident quant à la mémoire de l'Humanité face au risque d'un tel site. La justice des hommes a failli en dénigrant les intérêts des générations futures face à cette menace.

Plus généralement, cette décision n'aurait pas du être donnée à la justice mais bel et bien au citoyen Français dans son ensemble, et local en particulier. On aurait du avoir un référendum global dans cette affaire pour savoir si la population était d'accord ou non pour que l'on enfouisse du poison dans son sol.

La justice a rendu sa décision au nom du peuple Français, mais ce n'est qu'un leurre. La Démocratie est en deuil face à de telles décisions lâches et honteuses qui méprisent à ce point l'intérêt général et méprisent à ce point l'avenir de l'humanité.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 29 Mars 2015

******************

Cimetière nucléaire : la justice déboute les opposants
Les adversaires du site de stockage de Bure brandissent le " risque d'oubli " de ces déchets à vie très longue

C'est une défaite pour les opposants au projet de stockage de déchets radioactifs à grande profondeur, sur le site du village de Bure (Meuse). Ce projet, unique en France, est destiné à enterrer dans une couche d'argilite, à 500 mètres de profondeur, les 80 000 m3 de résidus les plus dangereux générés par le parc nucléaire français actuel, qui resteront radioactifs pendant des centaines de milliers d'années. Le tribunal de grande instance de Nanterre a débouté, jeudi 26 mars, six associations, dont le réseau Sortir du nucléaire, de leur plainte contre l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), pour divulgation d'information erronée.

Les antinucléaires reprochaient à cet établissement public industriel et commercial, chargé de la gestion à long terme des déchets radioactifs, d'avoir sous-évalué le potentiel géothermique du site et d'avoir fourni " une appréciation délibérément partiale des données existantes " afin de faciliter l'implantation du cimetière nucléaire dans cette zone rurale. Ce potentiel est, selon les associations, important et " économiquement exploitable ". Une thèse de nature à remettre en question la pertinence du choix de la zone d'intérêt pour la reconnaissance approfondie (ZIRA) de Bure, puisque, selon les " règles fondamentales de sécurité " énoncées par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le site doit " être choisi de façon à éviter des zones pouvant présenter un -intérêt exceptionnel en termes de ressources souterraines ".

Si tel était le cas, la possibilité d'interventions humaines pour exploiter ces ressources, des nappes souterraines d'eau chaude, représenterait à terme un risque avec le stockage de déchets radioactifs. Pour les antinucléaires, le risque d'oublier la présence de cette " décharge nucléaire ", ainsi qu'ils la nomment,dans des centaines de milliers d'années est réel. Les hommes pourraient par mégarde perforer les déchets en voulant atteindre l'eau chaude qui se trouve dessous.

" Perte de mémoire "

L'ASN évalue elle-même à quelque cinq cents ans la " perte de mémoire de l'existence du stockage ". " Qui se souviendra alors de la présence de ces centaines de milliers de colis radioactifs ?, s'interroge Marie Frachisse, juriste du réseau Sortir du nucléaire. On ne peut délibérément ignorer la possibilité future d'une intervention humaine pour exploiter la ressource géothermique avec le risque de perforation de ces déchets. "

L'Andra estime, elle, que le -potentiel géothermique est " banal ". A l'appui de ses dires, elle cite la position de l'Institut de -radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), qui considère que, " au regard des critères définis par l'ASN, le potentiel géothermique du secteur Meuse-Haute-Marne n'est pas de nature à remettre en cause le choix du site d'implantation du projet Cigéo - Centre industriel de stockage géologique - ".

La décision de justice de débouter les associations requérantes ne porte cependant pas sur le fond du dossier et l'évaluation de ces ressources géothermiques. Les juges ont en effet considéré que l'Andra n'avait pas commis d'infraction au droit de l'environnement et que les associations ne pouvaient dès lors engager d'action " en dommages et intérêts à l'égard de l'Andra ". Dans sa décision, le tribunal de grande instance de Nanterre estime que seules les autorités publiques peuvent engager la responsabilité de l'Andra pour faute sur la conception du centre de stockage de déchets radioactifs.

L'agence s'est félicitée du jugement, expliquant notamment qu'elle n'avait " pas commis de faute dans l'exécution de sa mission d'information ".

Les associations devraient faire appel du jugement. Elles dénoncent " une décision pronucléaire ", selon les mots de leur avocat, Etienne Ambroselli. " La justice dit que nous n'avons pas à attaquer l'Andra sur la conception du centre d'enfouissement, que seul l'Etat est habilité à le faire, proteste-t-il. C'est la négation de la démocratie, la -négation du rôle de la société civile et de ceux qui veulent alerter sur les dangers du nucléaire. "

Cette décision fait suite à plusieurs mois d'une consultation tronquée, entre mai et décembre 2013, pendant laquelle des débats publics n'ont pu se tenir tant la tension était vive. La consultation s'était poursuivie sur Internet. La bataille entre l'Andra et les opposants au projet de " décharge nucléaire " est appelée à durer, car le projet Cigéo attend encore l'autorisation du gouvernement.

Ce feu vert pourrait ne pas intervenir avant 2020 – pour une exploitation progressive à partir de 2025 –, après l'instruction probable du dossier en 2016, puis une déclaration d'utilité publique, suivie d'une enquête d'utilité publique. Les associations ne manqueront pas alors de contester le projet. " La seule voie qu'il nous reste est d'attaquer devant la justice administrative le décret d'autorisation, quand celui-ci sera rendu ", fait valoir Marie Frachisse.

Rémi Barroux

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0

Publié le 21 Juillet 2015

La Royauté sert-elle la Démocratie outre-manche ?

On a des preuves que la famille royale d'Angleterre fait pression sur les ministres pour imposer certaines de ses vues. Ces tentatives ont-elles eu un impact ? Assurément ! Je n'imagine pas un seul instant un ministre faire fi des considérations de la famille royale sur certains sujets !

Forcément, ces points de vue, qui ne sont pas toujours donnés dans l'intérêt général, posent problème tant la Démocratie doit demeurer la pierre angulaire de tout mode de pouvoir qui se respecte.

En enfreignant ces règles, et en faisant en sorte que certaines voix portent plus que d'autres, la Démocratie s'en trouve diminuée, preuve par laquelle la Démocratie peut être moins bien servie par un système monarchique que par une République.

La République offre plus d'avantages car elle permet le remplacement de ses élites par les élections, ce que la Monarchie ne permet pas.

Un article du journal 'Le Monde' daté du 28 Mars 2015

********************

l'histoire du jour
Les lettres qui révèlent l'excès de zèle du prince Charles

Peut-on devenir roi d'Angleterre quand on a la manie de faire pression sur le gouvernement afin de pousser tel ou tel dossier qui vous tient à cœur ? La décision rendue jeudi 26 mars par la Cour suprême du Royaume-Uni pose directement cette question qui vise le premier prétendant au trône, le prince Charles. Les plus hauts magistrats du pays ont validé la requête du quotidien The Guardian qui, depuis 2005, réclame la communication de vingt-sept lettres adressées par le prince de Galles à sept ministres dont ceux de la santé, de l'agriculture et de l'urbanisme, sur certaines de ses marottes comme les médecines douces, l'agriculture biologique et l'architecture. La demande du journal, fondée sur la loi sur la liberté de l'information, avait été acceptée par un premier tribunal, mais elle s'était heurtée au veto du procureur général. En jugeant illégal ce veto, la Cour suprême ouvre la voie à la publication de ce " courrier de l'araignée noire ", ainsi dénommé à cause de la graphie très particulière du prince et de son amour des points d'exclamation.

Pareille décision " porterait préjudice au prince de Galles dans sa préparation au règne ", avait estimé le procureur pour s'opposer à la demande du Guardian, en précisant que ces lettres contenaient des opinions " particulièrement tranchées " sur certains sujets. Tel est bien le royal dilemme désormais posé. Selon Paul Flynn, un député travailliste, la décision rendue jeudi, si elle a pour conséquence de mettre en doute la capacité de Charles à être roi, pourrait conduire l'opinion publique à souhaiter un saut de génération et une succession directe au prince William, au moment où surviendra le décès de la reine. Quant aux militants prorépublicains, ils se frottent les mains en estimant que ces lettres vont révéler à quel point le prince de Galles est " une sérieuse force politique plutôt qu'un acteur apolitique et inoffensif ". Confirmée dans une récente biographie du prince, sa propension à intervenir tranche en effet avec la discrétion observée par Elizabeth II.

Le premier ministre conservateur, David Cameron, a qualifié l'arrêt de " décevant ", estimant que " les plus anciens des membres de la famille royale doivent pouvoir exprimer leur opinion confidentiellement au gouvernement ". A Clarence House, la résidence du prince Charles, on se dit " déçu que le principe de vie privée n'ait pas prévalu ". Mais le palais royal ne subira plus pareil affront. Depuis la campagne du Guardian, le gouvernement a fait voter une loi prohibant toute publication du moindre courrier adressé au gouvernement par la reine ou l'un des héritiers du trône.

Philippe Bernard

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe NOVIANT

Publié dans #Informations

Repost0